Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alternative Libertaire 37 - Le blog du Collectif Alternative Libertaire de Touraine
  • Alternative Libertaire 37 - Le blog du Collectif  Alternative Libertaire de Touraine
  • : Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et communistes libertaires vivant et travaillant sur Tours et son département.
  • Contact

Où acheter notre journal ?

Mensuel Alternative Libertaire

Dans la ville de Tours, vous le trouverez aux adresses suivantes :

- 3 rue Nationale

- 1 place du Grand Marché

- 5 rue de Bordeaux

- 18 rue B. Palissy

- 30-32 rue Giraudeau

- 115 bis rue Giraudeau

- 21 avenue de Grammont

- 59 quai Paul Bert

- Gare SNCF

- 110 rue de la Fuye

- Le Numéro 6 (avenue Stendhal).

Pour le reste du département : http://www.trouverlapresse.com

Recherche

2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 03:44

Dans le cadre de l'appel national URGENCE UN TOIT, un rassemblement est organisé samedi 3 septembre à 14 h devant la mairie de Tours

 

Appel hexagonal :  

Appel pour la mobilisation du 3 septembre Urgence, un toit !

En pleine période estivale le Gouvernement a décidé de mettre en place une réduction de 30% du budget dédié à l’hébergement d’urgence, et ce en continuant de restreindre l’accès aux logements. Cette réduction conduit à la rue des milliers de personnes supplémentaires, dont de nombreuses familles.
Dans le même temps, l’état réduit de 10 à 25 % les budgets des Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS). Ce désengagement entraine la fermeture de CHRS et en prive d’autres des moyens d’accompagner les personnes hébergées vers la réinsertion.
Déjà aujourd’hui, près de 700 000 personnes sont sans domicile personnel dont plus de 100 000 personnes à la rue. Aux sans abris de longue date, s’ajoute un nombre croissant de travailleurs pauvres.
Or, la rue, c’est le bannissement social et une condamnation à une mort lente en moyenne à l’âge de 45 ans, comme le démontrent de multiples rapports.
Le Gouvernement, contrairement à ses obligations, refuse d’appliquer les lois sur l’accueil inconditionnel de toute personne sans abri et sur le relogement de toute famille reconnue prioritaire en vertu de la loi DALO. Il refuse d’appliquer les autres dispositions qui permettraient de répondre aux urgences, notamment la mobilisation des locaux et logements vacants dans le contexte actuel de grave crise du logement, de cherté des loyers, et de spéculation immobilière.
Depuis le début de l’été, des salariés de l’urgence sociale, révoltés par l’impossibilité d’assurer leur mission, se sont mis en grève à deux reprises. Les familles sans abri, expulsées, ou prioritaires DALOs, ont installé des campements à Paris et en région parisienne cet été.
Malgré la répression policière, l’indifférence, le cynisme et le double langage du Gouvernement, la détermination des laisséEs pour compte du droit au logement reste entière, et l’indignation des salariéEs de l’urgence sociale, du secteur social, de ceux et celles solidaires et des associations et organisations engagées, reste intacte.
La promesse du Chef de l’État de ne plus laisser une seule personne à la rue est restée lettre morte. Pire, l’État ignore délibérément les lois protégeant les plus vulnérables, piétine et démantèle le travail social et ses missions d’intérêt général.


Nous, organisations solidaires et signataires, mal-logés et sans abri laissés pour compte, simples citoyens exaspérés par la duplicité des discours gouvernementaux, appelons à nous mobiliser, pour exiger :

- La mise en oeuvre du droit à un accueil inconditionnel de toute personne sans abri, le déblocage des moyens budgétaires suffisant pour atteindre cet objectif, comprenant l’accueil, l’hébergement, si besoin l’accompagnement (notamment pour l’urgence et les CHRS), en attendant le relogement,

- Le respect de la loi DALO avec le relogement dans les délais de tout les mal logés et les sans logis reconnus prioritaires,

- L’application de la loi SRU (et son obligation de création de 20% de logements sociaux dans chaque commune),

- La mobilisation/réquisition de plusieurs milliers de logements et locaux vacants appartenant à de grands propriétaires publics et privés,
- un moratoire sur les expulsions locatives,

- l’ouverture de négociations pour le relogement de toutes les personnes et familles en lutte installées dans différents campements en ile de France,


Nous appelons à la mobilisation la plus large possible partout en France le 3 septembre pour que le gouvernement réponde à ces exigences

 

Les 1ers Signataires :
Le D.A.L, le Collectif Des Sans Logis, les enfants du canal, la Coordination nationale de l’urgence sociale, le collectif des morts de la rue, Les Enfants du Canal, Dom’Asile, la CIMADE, le Mouvement solidaire des salariés du SamuSocial de Paris, Le Comité Action Hébergement Logement 94, Jeudi Noir, la Ligue des Droits de l’Homme, RESF, Bagagérue, Réelengagement 95, l’Appel et la pioche, Le collectif Rom la Baraka, La Confédération du Planning Familial, le Collectif de soutien aux migrants de Lampedusa, Convergence Nationale de Défense et Développement des services publics, les Lutheuses de Rue, Association Intercapa Solidarité, AC agir ensemble contre le chômage, Collectif SDF Alsace, ATTAC, AITEC-IPAM, ATMF,SNUclias – FSU, SNUEP – FSU, CGT services publics, SUD santé-sociaux, Union syndicale Solidaires, l’Union Syndicale de la Psychiatrie,…

Soutiens :
Le Parti de Gauche, Europe-Ecologie Les Verts, Alternative libertaire, Jacques BOUTAULT (Maire du 2è arrdt de Paris), Ian BROSSAT (Président du groupe Communiste et élu au Conseil de Paris), Laurence COHEN (Conseillère Régionale PCF d’Ile de France),….

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans National
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 02:10

Communiqué du CNRBE, Collectif National de Résistance à Base Elève :

 

Rassemblement de soutien à P. Wain

Blois, mardi 30 août, 14h

 

Dans le Loir-et-Cher, la machine administrative est prête à tout pour mettre au pas un enseignant et menacer le fragile équilibre scolaire d’une commune de 200 habitants.

Philippe Wain, professeur des écoles et chargé de direction dans la classe unique de Bauzy, près de Chambord, fait l’objet depuis deux mois <http://retraitbaseeleves.wordpress.com/2011/06/26/menace-de-deplacement-doffice-pour-refus-de-ficher-les-enfants-dans-base-eleves/> d’une procédure de sanction déguisée de la part de l’Inspection académique de Blois.

C’est pour son refus catégorique de renseigner le funeste fichier Base élèves, comme pour son engagement à refuser les évaluations nationales, que Philippe Wain fait l’objet d’une procédure de destitution complètement irrégulière. L’IA a en effet, dans le courant du mois de juin, fait apparaître son poste comme «vacant» au mouvement des enseignants. Pourtant, le titulaire du poste n’a fait aucune demande de mutation.

Cet enseignant, chargé d’une classe unique à 4 niveaux d’une vingtaine d’élèves, unanimement reconnu compétent et dévoué, a reçu, comme solde de tout compte, un simple «�arrêté�» de l’Inspectrice d’académie lui signifiant que sa charge de directeur lui était retirée, au motif qu’il ne renseignait pas les fichiers, et bien entendu sans l’avoir informé au préalable.

Une procédure doublement irrégulière : d’une part, on a retiré à Philippe Wain des fonctions de directeur qu’il n’avait pas administrativement, étant seulement «�chargé de direction�» (c’est toujours le cas pour un enseignant qui assure la direction d’une école à classe unique, conformément à l’article 17 du décret du 24 février 1989); d’autre part, cette mise à l’écart s’effectue sans qu’aucune commission paritaire disciplinaire n’ait été saisie de son cas.

Le Collectif National de Résistance à Base Elèves continue d’apporter son soutien à Philippe Wain et appelle tous ceux qui le peuvent à venir se rassembler à Blois le mardi 30 août, à 14h devant l’inspection académique, 1 avenue de la Butte à Blois, où doit se tenir une commission paritaire (CAPD).

Le CNRBE n’a de cesse de rappeler tous les risques inhérents à ces fichiers: interconnexions occultes, sécurisations à géométrie variable, mécanisation de la pédagogie, etc. En outre, le CNRBE s’étonne dans ce cas d’école qu’un haut fonctionnaire de l’Etat utilise des méthodes qui ne respectent aucune règle, ni administrative ni juridique, et méprisent les textes qui régissent le statut des enseignants.

Le CNRBE demande à l’Inspectrice d’Académie de revenir sur cette décision et de rétablir Philippe Wain sur son poste à Bauzy.


. Rejoignez le comité de soutien à Philippe Wain : http://comitesoutien-philippewain.resis ... ogique.org
. Lettre de l’ICEM Pédagogie Freinet, dont Philippe est membre : http://comitesoutien-philippewain.resis ... r&amp;pg=5
. Historique de la situation de Philippe dans notre page Loir-et-Cher : http://retraitbaseeleves.wordpress.com/loir-et-cher/
. Article de La Nouvelle république du 29 août : http://retraitbaseeleves.files.wordpres ... 290611.jpg



Lettre Ouverte du C.N.R.B.E.
à Madame l’Inspectrice d’Académie du Loir et Cher

Parce que Philippe Wain, chargé d’école à Bauzy, refuse de renseigner le fichier Base élèves et s’oppose aux évaluations nationales pour des raisons éthiques dans l’intérêt de ses élèves, vous avez, sans même l’en informer, fait apparaître son poste à la deuxième phase du mouvement, alors que la saisie des vœux était close, et en dehors de toute commission paritaire.
Vous lui avez de surcroît, par arrêté, retiré une fonction de directeur qu’il n’avait pas, puisque, responsable d’une classe unique, il avait le statut de chargé d’école.
Le Collectif National de Résistance à Base Elèves (C.N.R.B.E.) soutient Philippe Wain dans son refus d’inscrire les élèves dont il a la charge dans le fichier Base Elèves. Il le soutient aussi dans son refus du fichage des résultats de ses élèves.
Chacun connaît les risques inhérents à ces fichiers : interconnexions occultes, failles dans la sécurisation, incertitudes quant à l’usage qui pourrait en être fait ... Suffisamment d’exemples dans l’histoire et dans l’actualité justifient une grande méfiance vis-à-vis de cette multiplication exponentielle de fichiers.
En outre, le CNRBE s'étonne qu’un haut fonctionnaire de l’Etat utilise des méthodes (sanction déguisée) qui ne respectent aucune règle, ni administrative ni juridique, et méprisent les textes qui régissent le statut des enseignants.
Le CNRBE vous fait part de sa profonde indignation et vous demande, Mme l’Inspectrice d’Académie, de revenir sur cette décision en rétablissant Philippe Wain sur son poste à Bauzy.

Le CNRBE, le 29 août 2011
http://retraitbaseeleves.wordpress.com/

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Anti-répression
commenter cet article
25 août 2011 4 25 /08 /août /2011 23:28

Communiqué :

 

DES FAMILLES A LA RUE
RASSEMBLEMENT A LA MAIRIE DE TOURS
Le 2 aout plusieurs associations, collectifs, syndicats et organisations
politiques (SOIF D'UTOPIES  DAL 37  LDH 37  SUD SANTE SOCIAUX 37 section
CGT de l'EAO  RESF 37  ATTAC 37  section SUD de l'EAO ALTERNATIVE
LIBERTAIRE 37  CHRETIENS MIGRANTS  section FSU de l'EAO RESF Joué lès
Tours) avaient signé un texte pour exiger que le Conseil Général d'Indre
et Loire assume ses obligations. La loi prévoit que l'Aide Sociale à
l'Enfance, qui est sous la tutelle du Conseil Général, est dans
l'obligation d'héberger les familles ayant au moins un enfant de moins
de 3 ans lorsque celles-ci restent à la rue. L'ensemble des signataires
avaient pris l'engagement d'accompagner les familles dans les locaux de
l'ASE jusqu'à ce qu'une solution concrète et durable leur soit proposée.
Manifestement, les responsables du Conseil Général ont entendu cet
appel. Depuis le 2 aout, nous ne connaissons pas de familles ayant au
moins un enfant de 3 ans à la rue. L'ASE les héberge.
Par contre, il n'en va pas de même pour d'autres, n'ayant pas d'enfant
de moins de 3 ans. Ainsi 5 familles ''dorment'' ce soir sur les
trottoirs de Tours, dont une femme enceinte de 3 mois ! C'est
intolérable ! La politique qui consiste à déshabiller Paul pou habiller
Jacques n'est pas acceptable. Il est impératif que ces 5 familles
puissent avoir un toit et subvenir à leurs besoins fondamentaux. Il
n'est pas pensable que la municipalité de Tours puissent laisser des
hommes, des femmes et des enfants à la rue.
Nous appelons à un rassemblement VENDREDI 26 AOUT A 14 H DANS LA COUR DE
LA MAIRIE pour exiger que les élus municipaux trouvent immédiatement des
solutions concrètes et durables. Les familles seront présentes à ce
rassemblement.
Tours, le 25 aout 2011
LES INDIGNES DE TOURS

 

précisions : cette signature est assez inconnue à Tours mais l'objet de cet appel est réel, et en attendant de continuer à construire du collectif autour de cette question, démarche dans laquelle AL37 participe, nous relayons cet appel.

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37
commenter cet article
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 13:31

bulletin été d'AL Alsace sur la question :

 

 

 

 un article sur AL 93 :

Les bourses mondiales recommencent à s'affoler et à chuter. Rien d'étonnant. Toute personne ayant plus de deux neurones savaient pertinemment que la crise des subprimes (et ses conséquences) n'était qu'une répétition pour une crise encore plus grande, encre plus forte, avec des conséquences sociales encore plus dramatiques. En effet, strictement rien n'a été fait pour mettre fin à la spéculation. Or le capitalisme  se nourrit de "crises".

La nouvelle cible de la spéculation, ce sont les "dettes souveraines", c'est-à-dire l'argent que des institutions privées se targuent de pouvoir émettre en lieu et place de la collectivité. C'est formidable: lors des subprimes, les Etats ont filé du pognon aux banques et aux spéculateurs, qui maintenant l'utilisent pour mettre ces mêmes Etats à genoux! Les deux parties sont de toutes façons d'accord: ce sont les travailleurs qui paieront les pots cassés.

Avec ce nouvel emballement des bourses, les média ressortent leur discours en boucle sur l'angoisse des "marchés". Les marchés ont peur que..., les marchés craignent que..., les marchés attendent que..., blablabla... Les "marchés", ce sont le nouveau croque-mitaine. Ils ont remplacé le diable moyen-âgeux pour faire peur au populo. Ces "marchés" sont toujours présentés de manière désincarnée, impersonnelle. A entendre les journalistes, les décisions et les actes des "marchés" seraient ni plus moins qu'un phénomène naturel, quelque chose sur lequel on n'a aucune prise, comme la pluie ou la marée.

Or ces "marchés" sont très concrets. Ils ont des visages et des noms. Ce sont les spéculateurs, les actionnaires et les dirigeants des grandes organisations financières (banques, fonds d'investissement, FMI, banque mondiale). Mais évidemment, si les journalistes disaient tous les matins "les spéculateurs sèment une nouvelle fios le désordre dans l'économie mondiale", ça pourrait provoquer des réactions un peu plus virulentes, ciblées et efficaces que lorsqu'ils euphémisent sur "les marchés sont inquiets".

Arrêtons de croire aux marchés, et attaquons les fumiers qui préparent une nouvelle crise sociale d'ampleur.

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans International
commenter cet article
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 13:41

Appel unitaire local suite à la journée d'action du 2 août

 

DES FAMILLES A LA RUE : LE CONSEIL GENERAL DOIT LES HEBERGER !
NOUS AVONS FAIM. OU EST-CE QU'ON MANGE ?

Tous les soirs, à Tours, des hommes, des femmes, des enfants (y compris des nourrissons) « dorment » dans la rue. Ce n'est plus possible ! L'Etat réduit les budgets sociaux conduisant à la casse du social.
Pourtant, le Conseil Général, à travers l'Aide Sociale à l'Enfance, est dans l'obligation d'héberger TOUTES les familles.
En conséquence, lorsqu'une famille sera à la rue, nous l'accompagnerons dans les locaux de l'ASE jusqu'à ce qu'une solution concrète et durable lui soit proposée.
En plus des problèmes d'hébergement, les plus démunis n'ont quasiment plus aucune solution pour se nourrir pendant ce mois d'aout. Presque toutes les structures pouvant leur donner à manger sont fermées. Seule la Croix Rouge donne des sandwichs au pied d'un camion trois soirs par semaine.

Nous appelons à un rassemblement TOUS LES SAMEDIS DE CE MOIS à 14 h place Jean Jaurès, sur les marches de l'hôtel de ville. Nous appelons chacun, chacune à venir avec des assiettes, des couteaux et des fourchettes pour pouvoir faire du bruit et interpeller la municipalité.

SOIF D'UTOPIES, DAL 37, LDH 37, SUD SANTE SOCIAUX 37, section CGT de l'EAO, RESF 37, ATTAC 37, section SUD de l'EAO, ALTERNATIVE LIBERTAIRE 37

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Actualités locales et communiqués
commenter cet article
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 18:30

Appel à la grève initié par un collectif de professionnels de l'urgence siociale.

 

GREVE DES 115 DE FRANCE LE 2 AOUT 2011

Parce que les baisses drastiques de budget annoncées condamnent les associations à remettre à la rue des centaines de personnes, Parce que nous, professionnels de terrain, nous connaissons les conséquences de ces remises à la rue pour les personnes que nous accompagnons chaque jour, Parce que nous ne voulons pas être les complices impuissants d’une situation de non-droit

Les professionnels du 115 seront en grève dans de nombreuses villes de France, le mardi 2 Août.

Il s’agit d’une mobilisation dont le caractère inédit souligne l’ampleur de la crise que connaît actuellement l’urgence sociale.

« Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence ». Art L 345-2-2 Code de l’action sociale et des familles. « Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. » Art.L 345-2-3.

L’Etat ne doit pas se cacher derrière la politique du « logement d’abord », encore en chantier et sans effet pour le moment, pour remettre à la rue, en dépit de la loi, des centaines de femmes, d’hommes et d’enfants. L’argument d’un accès au logement pour tous est un leurre : ces logements n’existent pas et l’accompagnement médico-social prévu n’est pas mis en place. Ce sont les trottoirs, les parcs et les terrains vagues qui accueillent aujourd’hui les personnes n’accédant pas ou plus à l’hébergement. Nous les voyons chaque jour s’épuiser physiquement et psychologiquement, perdre l’espoir d’un ailleurs que la rue, condamnés à la survie.

Cette grève est donc, après les différentes mobilisations locales ainsi que la démission de Xavier Emmanuelli, un nouveau cri d’alarme, celui exprimant la colère des professionnels de terrain de toute la France.

Nous demandons à ce que la loi soit respectée. Pour se faire, que l’Etat doit revenir sur la restriction de budget annoncée et montrer un réel engagement en faveur des plus démunis. Il en va de destin humains, de notre éthique professionnelle et du maintien du pacte social.

A Paris, Rassemblement 12h30 square Boucicaut Métro : Sèvres-Babylone

Contact : reelengagementsdf@gmail.com

 

Tours :
à l'initiative du collectif SOIF D'UTOPIES et du DAL, appel soutenu et relayé par SUD Santé Sociaux 37
Rassemblement à 14h dans les jardins de la préfecture.

 

                                      D'ABORD UN LOGEMENT POUR TOUS !

L'hébergement craque de partout ! Apparu, secrétaire d'Etat au logement, joue des gros bras avec son slogan « le logement d'abord ». Concrètement que se passe-t-il ?
L'accès au logement pour les plus démunis reste une course d'obstacles laissant bon nombre à la rue. Il faut des mois, voire des années pour espérer signer un bail.
Sous couvert de ce slogan, le gouvernement réduit les budgets sociaux, notamment ceux des dispositifs d'urgence. Ainsi, à Tours, ce sont tous les soirs, des hommes, des femmes, des familles qui restent dehors.
Pour que tous et toutes aient un toit, il n'y a pas d'autre solution que de réquisitionner des logements vides. Il y en aurait 2000 à Tours selon le maire et 5000 selon l'INSEE.
Réduction des budgets sociaux signifie que les dispositif d'urgence ne peuvent pas remplir leurs obligations légales. Ainsi la loi impose que toute personne à la rue puisse se voir proposer un hébergement et y rester le temps de trouver une solution durable.
Le nombre de places des foyers est limité. Bon nombre d'entre elles sont occupés par des demandeurs d'asile. Or, si l'Etat remplissait ses obligations, toutes ces personnes devraient être hébergées dans des Centres d'Accueil pour Demandeurs d'Asile, qui sont à sa charge. Cela libérerait des places d'urgence. Les demandeurs d'asile connaitraient un hébergement plus digne et plus respectueux de leurs droits.
Mais l'Etat n'est pas le seul responsable de cette situation. Le Conseil Général n'assume pas ses obligations. L'Aide Sociale à l'Enfance (sous la responsabilité du Conseil Général) devrait héberger les familles à la rue, quelque soit leur situation administrative (donc même sans papier), ayant entre autres un enfant de moins de 3 ans. Encore une fois, des familles restent dehors à Tours ou séjournent dans des chambres d'hôtel ou des foyers d'urgence.
On ne peut pas dire que la mairie soit aussi très encline à résoudre la question du logement sur sa commune. La loi prévoit que le maire peut réquisitionner des logements vides ou demander au préfet de le faire. Eh bien que nenni ! Germain dit clairement qu'il préfère préserver la propriété privée plutôt que d'œuvrer pour que tous et toutes aient un toit sur la tête.
Les associations gérant les foyers d'urgence « composent » avec la réalité. Plusieurs structures existent à Tours. Dans la plupart des cas, les personnes hébergées (hommes ou femmes) doivent quitter les lieux tous les matins et appeler le 115, en espérant qu'elles auront de nouveau une place, sinon : dehors. La durée de cet hébergement, en particulier pour les hommes, est limitée dans le temps (3 nuits d'assurées par semaine). C'est totalement illégal. En effet, les structures hébergeant des personnes ou des familles ne doivent mettre un terme à leur hébergement seulement si les responsables des foyers sont en capacité de faire des propositions en terme de logement ou d'hébergement. En clair, les associations responsables des dits foyers, malgré quelques récriminations, s'adaptent à la volonté de l'Etat. La gestion des places d'urgence ressemble à une partie de chaises musicales !
Les salariés de ces dispositifs sont de plus en plus en difficulté. D'un côté, on leur dit que leur travail consiste à faire respecter les droits des personnes, de l'autre on leur impose des fonctionnements illégaux. La situation se durcie tous les jours. Ce n'est plus tenable !
« Un logement d'abord » ne doit pas servir à déshabiller les dispositifs sociaux qui ne peuvent plus remplir leur fonction.
« Un logement pour tous » doit devenir un droit réel, ne pas rester virtuel. Cela ne pourra se réaliser sans la réquisition de logements vides. Mais il faut aussi obliger l'Etat, les collectivités territoriales (mairie, conseil général) à remplir leurs obligations. La mobilisation des associations gérant les foyers, au delà des négociations sous les dorures des préfectures, des ministères..., est tout aussi nécessaire afin qu'elles proposent un hébergement digne de ce nom. Leurs salariés ne seront plus obligés d'agir à l'encontre de leur déontologie.

MARDI 2 AOUT EST UNE JOURNEE NATIONALE D'ACTION,
D'APPEL A LA GREVE DES SALARIES DU SECTEUR DE L'URGENCE.
A TOURS RASSEMBLEMENT À 14 H
DANS LES JARDINS DE LA PRÉFECTURE
* pour discuter tous et toutes ensemble de la situation et envisager des actions concrètes pour UN LOGEMENT POUR TOUS ET TOUTES
* pour des lieux d'hébergement dignes et respectueux des droits des usagers
* pour la défense des droits des salariés.



COLLECTIF SOIF D'UTOPIES 06 31 56 17 56
soifdutopies@yahoo.fr

DAL 37 06 83 00 88 76
dal37tours@gmail.com
.
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 21:39
Chers amis et camarades,
 
Je vous informe que l’audience en appel du procès des 4 de Tours est inscrite au rôle de la Cour d’appel d’Orléans le mardi 23 août 2011 à 14 heures.
 
Rappel des faits : 2 militant-e-s du RESF37 (Kader et Chantal) et 2 militant-e-s du Collectif Soif d’Utopies (Muriel et Jean-Christophe) ont été poursuivis par le Procureur du TGI  de Tours pour diffamation publique à l’égard d’autorités publiques (Préfectures de Guyane, d’Ille-et-Vilaine et d’Indre-et-Loire), sur plainte d’Hortefeux, alors ministre de l’Intérieur.
 
Après moult péripéties judiciaires, notamment des audiences interrompues, et donc reprises 3 fois, le tribunal correctionnel de Tours a condamné le 26 mai Kader, Muriel et Jean-Christophe à 500 euros d’amende avec sursis chacun + 300 euros de dommages et intérêts chacun, + de façon indivise à 3000 euros de frais de justice en faveur de l’avocat du ministre, partie civile. Chantal a été relaxée. Les 3 condamnés ont fait appel, et de son côté le Procureur, jugeant les peines trop clémentes,  a également fait appel, notamment contre la relaxe de Chantal.
 
La Cour d’appel d’Orléans vient donc de décider d’audiencer le nouveau procès au 23 août. Il est difficile d’imaginer, c’est du moins l’avis de l’auteure de ces lignes, une date plus calamiteuse que celle-là. Les nombreux témoins entendus  en première instance pourront-ils être présents ? Pourront-ils seulement recevoir leur convocation des mains de l’huissier en temps et en heure, sachant que beaucoup seront en vacances ? Quelle mobilisation politique et médiatique le Comité de soutien aux 4 de Tours pourra-t-il mettre en place à une date où les forces militantes seront probablement encore peu opérationnelles ?
 
Quoiqu’il en soit, de nouveaux frais sont à prévoir, pour les honoraires des deux avocates, pour les déplacements à Orléans, pour la mobilisation. Il est toujours possible de faire un don par chèque à l’ordre de Solidaires 37, (préciser au dos “soutien aux 4 de Tours”), à envoyer à SUD Solidaires, Maison des syndicats, La Camusière, 18 rue de l’Oiselet, 37550 SAINT-AVERTIN.
 
Infos complémentaires – notamment signature en ligne de la pétition “Relaxe des 4 de Tours” sur http://www.baleiniers.org
 
Bonnes vacances à tous,
Chantal B.
RESF37
 

 

 

communiqué de SOIF D'UTOPIES :

 

LA JUSTICE N'ASSUME PAS ! PROCES EN APPEL DES 4 DE TOURS LE... 23 AOUT

La justice fait encore très fort. Les 4 de Tours (deux militants de SOIF D'UTOPIES et deux de RESF 37) sont poursuivis par le ministère de l'intérieur pour avoir, selon Hortefeux, diffamé des administrations publiques. A la suite d'un procès mémorable le 5 avril, l'une d'entre eux (de RESF 37) a été relaxée, les trois autres sont condamnés à 500 € d'amende avec sursis, 300 € de dommages et intérêts et 3000 € de frais de justice (parce qu'il y a eu trop de témoins et que les débats ont été longs, selon le tribunal).
Les 3 prévenus condamnés et le procureur ont fait appel. Ce nouveau procès aura lieu le 23 aout 2011 à 14 h à Orléans.
Rappelons que le procès des 4 de Tours a été reporté 3 fois avant que le tribunal correctionnel daigne enfin entendre les 4 prévenus, les 11 témoins et les plaidoiries des 2 avocates. Malgré 8 heures de débat, le tribunal n'a tenu aucun compte des arguments avancés par la défense. Dans son délibéré, seuls les propos du procureur sont repris et servent à motiver le jugement. Et on nous parle de l'indépendance des juges du siège !
En convoquant les 4 prévenus pour un procès en appel le 23 aout, la justice montre encore une fois qu'elle n'assume pas ce procès politique. Normalement, il faut attendre entre 6 à 8 mois pour que le procès en appel ait lieu. Après avoir trainer des pieds en pendant des mois, maintenant elle choisit la précipitation. Elle tente d'atteindre les droits de la défense (il va être difficile que tous les témoins soient présents à l'audience pendant cette période estivale). C'est aussi tenté d'empêcher toute forme de mobilisation. Beaucoup ne pourront exprimer leur solidarité que de leurs lieux de villégiature. Après avoir vainement voulu bâillonner les militants que nous sommes, maintenant la justice veut nous juger en catimini ! A sa façon, elle commémore le 15e anniversaire de l'évacuation de l'église Saint Bernard : le 23 aout 1996 !
La teneur politique de ce procès semble gêner très fortement tant les tenants du pouvoir que les juges et autre procureur. Tant pis pour eux, on ne lâchera rien ! On assume ! Nous revendiquons le droit de faire part publiquement de nos soupçons sur les dérives, les exactions de l'administration, de la police et de la gendarmerie, de faire des comparaisons historiques, notamment avec le régime de Vichy, de dénoncer, de se mobiliser contre le politique xénophobe et raciste de l'Etat.
Nous n'accepterons donc aucune condamnation. Si la cour d'appel d'Orléans ne nous relaxe pas, nous irons devant la cour de cassation et si besoin ferons condamner l'Etat part la cour européenne. Face aux politiques sécuritaires, xénophobes, racistes mises en œuvre concrètement tous les jours, il ne peut y avoir aucun compromis. Sinon on commencerait à abandonner la lutte pour un monde solidaire, ouvert et où les êtres humains soient au centre et non pas les profits. Ils sont la cause de tant de destruction, comme en Afrique, en Europe (Grèce, Irlande Portugal, Espagne, maintenant l'Italie et bientôt la France) et dans bon nombre de régions du monde !

Tours, le 14 juillet 2011 Jean Christophe Berrier, Muriel El Kolli de SOIF D'UTOPIES

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Anti-répression
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 19:23

APPEL A SOLIDARITE POUR DIDIER

Le 1 juillet 2011, Jean-Jacques Tibi, ci-devant directeur de la DOTC Touraine-Berry, prenait à l’encontre de Didier Cechella, facteur à Tours Marceau et militant de SUD-PTT, une sanction d’exclusion temporaire de fonction de 6 mois (dont 3 fermes). En clair, notre collègue ne sera pas payé durant 3 mois et risquera, à tout moment, de voir son sursis de 3 mois « tomber ».

Son crime ? Avoir refusé l’inacceptable à savoir des conditions de travail qui le poussait à bout, suite aux multiples réorganisations qui se sont succédées à Tours Marceau. Le dossier disciplinaire instruit lui a même reproché d’être présent sur son lieu de travail alors qu’il était suspendu depuis peu. Or, un conflit spontané s’est déroulé (qui a fait majoritairement débrayer le bureau durant 3 jours) suite à sa mise à pied. Il était naturel dès lors qu’il soit présent avec ses collègues en grève puisqu’il était le principal sujet de ce conflit !

Mais la direction a raclé les fonds de tiroir pour instruire ce dossier. La plupart des faits reprochés à Didier sont liés directement aux désorganisations du travail et à la situation critique dans ce bureau (et à la distribution en général) dénoncée dans un premier temps par le rapport annuel du médecin du travail et dans un second temps, en juin, par l’inspection du travail elle-même !

Lors du conflit, en avril dernier, la direction, pour calmer le jeu, a fait relayer par ses nervis que la mesure de mise à pied prise à l’encontre de Didier n’était pas si grave puisqu’elle ne préjugeait pas du résultat du conseil de discipline. Elle s’est bien fichue (une nouvelle fois) de la gueule du personnel !

Le dit conseil de discipline s’est réuni le 10 juin et a proposé (sans l’accord de SUD, CGT et FO) une sanction déjà disproportionnée : 6 mois d’exclusion (dont 2 fermes). Le ci-devant Tibi a jugé que cette proposition était sans doute trop généreuse et à rajouter un mois ferme à l’adition. Pour ce monsieur Tibi, dont les revenus annuels dépassent de loin les 40 000 euros, la paie d’un misérable petit facteur doit lui paraître si dérisoire qu’un, deux ou trois mois de traitement retirés n’ont pas d’importance. Pour lui, un mois de salaire d’un préposé cela correspondre à ses emplettes à Noël…

Pour notre collègue, c’est une catastrophe ! Nous allons, évidemment, engager des recours devant les tribunaux pour casser cette décision qui prouve la hargne et le mépris de nos dirigeants pour leurs employés et pour les syndicalistes.

En attendant (les délais étant relativement longs) notre collègue a besoin de notre solidarité ! Vous avez été très nombreux à vous mettre en grève à Tours Marceau pour le soutenir, vous avez été très nombreux à signer la pétition sur le département, soyez aussi nombreux pour le soutenir ! Les dons (même de quelques euros) seront autant de signes clairs de solidarité et une réponse collective face aux saloperies de la direction du courrier !

TOUS ENSEMBLE ! SOLIDARITE AVEC DIDIER CECHELLA !

Adresse pour l’envoi des chèques de soutien (à l’ordre de Sud PTT 36/37). Mentionner solidarité avec Didier Cechella au dos.

SUD PTT 36/37 La Camusière 18 rue de l’oiselet 37550 Saint Avertin Tél : 02 47 85 11 11


 

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 17:50

En soutien aux différent-e-s militant-e-s poursuivies pour leurs idées qui
ont eu l'outrecuidance de les mettre en action.
Les Déboulonneurs passent en procès le 5 juillet, les défendeuses-eurs des
arbres sont persécutées par l'huissier avec une note de 3000€, les 4
prévenu-e-s de Tours sont toujours en procès, des militant-e-s poursuivis
par la police depuis la Gay-Pride...Les raisons pour se mobiliser sont
nombreuses.
Lutter et faire la fête n'étant pas incompatible, nous allons donc faire
une fête le samedi 9 juillet 2011 à 19h avec Djette Haya Waska Hi Cool,
Dj SAF (reggae-soul-funk), les Smashing Crew (dub-dubstep), les Frottis de
l'espace (love-grind-core) et Ojo Jimo (musique brésilienne) à la salle
Paul Bert à Tours.
Expositions, tables de presse (Fakir, Déboulonneurs, Circled A (distro
anarkopunk), les 4 prévenus de Tours, la Niche (librairie libertaire).
Entrée et bouffe à prix libre.
Invitons nos ami-e-s et soyons nombreux-ses.
Contact : antireptogether@yahoo.fr

 

 

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Anti-répression
commenter cet article
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 12:52

Bulletin anarchiste trimestriel du Forum Anarchiste Révolutionnaire

 

 

  en pdf :  http://www.box.net/shared/static/kbor7i32ot.pdf

  version flash :  http://fr.calameo.com/read/0001260349b598b7ce67b

     (il y a du son sur la version flash)

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37
commenter cet article