Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alternative Libertaire 37 - Le blog du Collectif Alternative Libertaire de Touraine
  • Alternative Libertaire 37 - Le blog du Collectif  Alternative Libertaire de Touraine
  • : Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et communistes libertaires vivant et travaillant sur Tours et son département.
  • Contact

Où acheter notre journal ?

Mensuel Alternative Libertaire

Dans la ville de Tours, vous le trouverez aux adresses suivantes :

- 3 rue Nationale

- 1 place du Grand Marché

- 5 rue de Bordeaux

- 18 rue B. Palissy

- 30-32 rue Giraudeau

- 115 bis rue Giraudeau

- 21 avenue de Grammont

- 59 quai Paul Bert

- Gare SNCF

- 110 rue de la Fuye

- Le Numéro 6 (avenue Stendhal).

Pour le reste du département : http://www.trouverlapresse.com

Recherche

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 03:41

 

RETRAITES
ENSEMBLE POUR LE RETRAIT


Nous, personnels de l'Education Nationale, réunis en assemblée générale le 28 septembre à l'école Raspail, posons le constat suivant :

L'appel à la grève le mardi 12 octobre ne peut rester la seule perspective de lutte pour obtenir le retrait de la contre réforme Sarkozy- Fillon.

D'autres secteurs privés et publics s'organisent et se mobilisent.

Nous ne pouvons rester observateurs, mobilisons nous !!!
Créons le rapport de force en engageant
d’autres actions dès le 13 !!!


Décidons ensemble, de la maternelle à l’université, des actions à mener.

AG EDUCATION NATIONALE
le jeudi 7 octobre à 20h
École Giraudoux (quartier des Fontaines)
1 rue Bellini 37200 TOURS

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 01:48

article en ligne du mensuel Alternative Libertaire d'octobre au sujet de l'appel des "syndicalistes pour la grève générale" : http://www.syndicalistesunitaires.org/

 

appel de syndicalistes
A l’heure de la grève générale
Lancé par une poignée de militants de Solidaires, l’appel « Syndicalistes pour la grève générale » a vite trouvé un écho aux préoccupations des syndicalistes de « l’autre CGT », celle qui lutte, mais aussi de militants FSU, CNT, CDMT, CTU, STC…

À l’heure où nous écrivons, la bataille des retraites bat son plein. Il ne s’agit donc pas ici d’en tirer un bilan mais de mettre un coup de projecteur sur une initiative exemplaire : l’appel unitaire « Syndicalistes pour la grève générale », lancé à la veille de la journée de grève interprofessionnelle du 23 septembre. Ayant pris acte de la difficulté à mettre en place des appels unitaires locaux (à Rennes, Tours, Orléans…), ses promoteurs visaient à inverser l’angle d’approche en lançant un appel national utile localement. Utile à la fois pour la grève, mais aussi plus fondamentalement pour l’affirmation d’un camp syndical de lutte de classe. Pourquoi un appel de syndicalistes ? La plupart des syndicalistes de lutte n’ont eu de cesse de dire qu’il fallait construire la grève générale, qu’elle ne se décrétait pas, qu’il ne suffisait pas d’appuyer sur un bouton, etc. Mais avec qui construire si ce n’est avec des équipes syndicales identifiées, avec des militants connus et reconnus des travailleurs et des travailleuses ?

Construire la grève générale

C’est bien le sens de la démarche d’un appel (local comme national) : engager publiquement sa légitimité et témoigner de son engagement en tant que syndicaliste. En cela la liste des premiers signataires n’est pas négligeable et ce sont déjà plus de 200 militants syndicaux qui y ont adhéré. C’est aussi une manière d’attester d’un mouvement de fond favorable à la grève reconductible, et bien présent dans l’hexagone malgré la volonté des directions confédérales de combattre cette orientation. Et les multiples appels qui ont fleuri pour la reconduction de la grève après le 23 septembre, tant au niveau des intersyndicales départementales que des secteurs, plaident pour cela. Non, la grève générale n’est pas une stupidité. Oui c’est un moyen d’affrontement central et de blocage du pays.

Reconstruire le syndicalisme de lutte

Autre objet de l’appel : positionner clairement un camp, celui du syndicalisme de lutte de classe. Entre « chérèquisation » de la direction CGT et loi de représentativité, ce sont des dizaines et des dizaines de collectifs militants syndicaux qui sont directement menacés. Le risque est grand de voir le champ syndical basculer très majoritairement dans le syndicalisme d’accompagnement et de compromission avec le pouvoir et le patronat. Face à cela, il y a urgence à réagir. Le projet de l’appel est bien de travailler à « un syndicalisme de lutte plus fort et efficace » dépassant les appartenances syndicales. Loin des concurrences stériles, l’heure est aux convergences de terrain. « Outil d’un débat syndical renouvelé à la base », l’appel n’est pas un coup d’épée dans l’eau, il peut et doit servir ces convergences. L’heure est bien à la constitution d’un réseau syndical de lutte capable d’offrir d’autres perspectives aux travailleurs et aux travailleuses. Maintenant !

Rival (AL Orléans)
.
Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 01:16

 

arton3723-135x190-copie-3.jpg

Contre le bulldozer capitaliste : Lutter, s’organiser !

Alors que les actionnaires parasitaires continuent à sucer le sang des salarié-e-s et qu’apparaissent au grand jour les relations d’argent et de pouvoir entre la classe dirigeante et l’élite capitaliste, le gouvernement écrase les droits sociaux conquis par les luttes des travailleurs et des travailleuses. Aujourd’hui en ligne de mire : le système des retraites, anomalie solidaire et socialiste dans une société qu’ils veulent individualiste et libérale.

La bourgeoisie et ses laquais politiques veulent se débarrasser du « public » : Université, Hôpital,… tout ce qui n’est pas utile aux riches est menacé. Mais le démantèlement des services publics ne suffit pas au Capital et le gouvernement s’apprête ainsi à détruire une forme de solidarité organisée : le système des retraites. D’après le projet de loi voté à l’Assemblée, l’âge de départ à la retraite serait en effet repoussé à 62 ans alors que la durée de cotisation nécessaire pour une retraite à taux plein est vouée à passer à 41,5 annuités : pour pouvoir partir en retraite à 62 ans il faudrait donc travailler sans interruption depuis l’âge de 20 ans et demi ! Pourtant, en obligeant les travailleurs et les travailleuses de plus de 60 ans à continuer à bosser, nos brillants politicards ne feront qu’augmenter un peu plus le nombre de chômeurs, en particulier chez les jeunes. Nous n’aurons plus qu’à travailler jusqu’à 67 ans pour avoir une retraite décente !

Leurs arguments sont bien connus : il n’y a plus d’argent dans les caisses, or on vit plus longtemps, il faut donc travailler plus ! Mais ne poser le « problème » des retraites qu’en termes de temps de travail, cela revient à ne faire payer que les salarié-e-s alors que la vraie question, c’est celle du partage des richesses. Il suffit alors de faire le compte : tandis que le déficit des caisses de retraite est estimé à 7,7 milliards d’euros, les cadeaux faits aux patrons à travers les exonérations de cotisations s’élèvent à près de 30 milliards d’euros !

Augmenter les cotisations patronales et assécher les revenus du capital pour financer les retraites, cela revient simplement à redistribuer aux salarié-e-s le juste fruit de leur travail !

Une autre redistribution des richesses est possible, un autre projet de société est envisageable !

Si le gouvernement veut tellement liquider le système des retraites par répartition, c’est aussi parce qu’il présente un avant-goût de ce que pourrait une société véritablement égalitaire. Ce sont en effet bien deux visions du monde qui s’affrontent : une vision du monde qui prend acte de l’inégale répartition des richesses (« il y a des riches, il y a des pauvres, c’est comme ça ») et revendique le « chacun-pour-soi » (ou, pour employer les termes consacrés, la « concurrence libre et non faussée ») contre une vision du monde égalitaire, fondée sur le partage des richesse, la solidarité collective et l’autogestion.

Va-t-on alors se résigner, courber l’échine et se dire que c’est inévitable, que les jeunes d’aujourd’hui cotiseront plus longtemps pour une retraite moins longue et une pension plus faible ? Va-t-on encore se laisser tondre par ceux qui nous gouvernent et qui ne servent que les intérêts des plus riches ? Non ! Les manifestations du 23 septembre ont rassemblé plus de 3 millions de personnes dans les rues et ce n’est qu’un début : les étudiant-es doivent partout se réunir, discuter et s’organiser pour faire plier le gouvernement et exiger le retrait de cette réforme injuste ! Et, au-delà de ce combat décisif pour sauver le système des retraites, il est temps d’envisager un vrai changement de société : ce n’est pas juste d’une réforme des retraites dont nous avons besoin, c’est d’une révolution sociale !

 

bulletin de la branche jeunesse d'Alternative Libertaire, 30 septembre

 

 

  Rappel :

Sans-titre-copie-1.jpg

   

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 02:56

Nouveau tract d'AL : 

2010-10-02-Retraites-forum.jpg

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 15:26

 

Suite à l'AG de ce mercredi 29 septembre, nouveau tract et nouvelles dates pour la mobilisation :

 

RETRAITES_2-2-forum.jpg

 

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 00:58

 

A Tours ce lundi 27, le rassemblement impulsé par "ensemble pour le retrait", émanation de l'AG interpro du 23, a rassemblé au moins autant de monde que le rassemblement appelé par l'intersyndicale du 15. Le pont Wilson a été bloqué un moment. Il faut continuer à développer la mobilisation, Prochaine Assemblée Générale ouverte à toutes et tous ce mercredi 29 septembre, au foyer du cheminot, 11 rue blaise Pascal, à 18h :

 

jpg_dsc_0013-2-5f2c4.jpg

D'autres photos et infos sur le site de Solidaires 37 : http://solidaires37.org/spip.php?article464

 

--ok.jpgcontact : ensemblepourlepourleretrait@gmail.com 

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 04:37

Le communiqué de L'Assemblée Générale, voir article précédent, décliné en tract d'appel diffusé à plusieurs milliers d'exemplaires sur la ville et aglomération ce week-end :

Tract-Retraites-1.jpg

Soyons nombreux-euses et faisons nous entendre ! 

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 17:31

 

Retraites

Amplifions la mobilisation !

 

La journée de mobilisation du 23 septembre a montré la détermination de la rue à faire tomber la contre-réforme des retraites du gouvernement. Plus de 3 millions de personnes ont manifesté leur colère face à un gouvernement embourbé dans des affaires et qui persiste à imposer une loi uniquement destinée à servir les intérêts du capital. Dans les entreprises, de plus en plus de travailleurs et de travailleuses ont envie d'en découdre en radicalisant les actions. Certaines boîtes partent en grève reconductible.

 

Pour autant un mouvement d'ensemble peine à émerger. Les directions de certaines organisations syndicales freinent des quatre fers pour éviter la radicalisation du mouvement, préférant se ménager un espace de négociation en espaçant le plus possible des journées d'actions sans lendemain. Certains partis politiques cherchent à récupérer le mouvement en essayant de lui donner une porte de sortie électoraliste.

 

La question de la grève générale est posée et une partie des syndicalistes de lutte s'efforcent d'y parvenir en coordonnant leurs efforts. Cette stratégie doit être poussée au maximum et doit être organisée par la multiplication des assemblées générales et des coordinations interprofessionnelles de grévistes.

 

Là où cette perspective est compliquée à réaliser, tout doit être mis en oeuvre pour engager un mouvement interprofessionnel, avec l'objectif d'un blocage des transports, des communications et de l'économie, qui mettra Sarkozy et Parisot à genou. De telles initiatives sont déjà développées par endroits, et nous devons les multiplier partout sur le territoire. A nous d'imaginer des actions offensives de toutes sortes qui collent à nos réalités. C'est par là qu'un rapport de force favorable aux travailleuses et aux travailleurs émergera.

 

Nous ne plierons pas ! Libertaire, égalitaire, une révolution reste à faire !

 

La coordination fédérale des Collectifs pour une Alternative libertaire, le 25 septembre 2010

 

 

461992_kjin_ab-blog.png  

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 10:54

communiqué de l'assemblée générale interprofessionnelle réunie le 23 septembre 2010 au foyer des cheminots à Tours :

RETRAITES

ENSEMBLE POUR LE RETRAIT

DU PROJET DE LOI


Après la manifestation qui a rassemblé 25 000 personnes le 23 septembre à Tours

Une assemblée générale interprofessionnelle de plus de 100 personnes a réuni des salariés de différents secteurs et de différentes organisations syndicales:

Poste, télécommunications, santé, sociaux, cheminots, culture, éducation, CNAV, transports, animation, des militants de FO, SUD-solidaires, CGT, FSU... et des non syndiqués, ainsi que des retraités des chômeurs et des étudiants.

Conscients que seul un mouvement de grève reconductible allant vers un blocage de l’économie pourra faire céder le gouvernement, nous appelons les salariés, chômeurs retraités, étudiants à s'engager dans la lutte pour le retrait du projet de contre-réforme des retraites.

D’ores et déjà des appels à la reconduction de la grève suivis d'assemblées générales ont été lancés pour le vendredi 24 à la CNAV, au foyer Courteline, à la Poste et Télécommunications, au CHU, chez les cheminots.

Pour ancrer la mobilisation dans le département, ces assemblées générales doivent se multiplier dans les entreprises, les services, ateliers, ...

Nous appelons à un rassemblement et à des actions :

lundi 27 septembre 2010 à 18 H Place Jean Jaurès.

 

 

 contact : ensemblepourlepourleretrait@gmail.com 

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Actualités locales et communiqués
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 02:18

à faire circuler, à faire signer, à transcrire en collectifs locaux... :

 

2010 - 9 - 20 - Appel Syndicalistes Unitaires

2010 - 9 - 20 - Appel Syndicalistes Unitaires 2

siteon0-66f69.jpg

 

Pour le retrait du projet de loi sur les retraites et pour nos revendications

Syndicalistes pour la grève générale
Syndicats de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de la CNT, de la CDMT, de la CTU, du STC, … Ensemble, nous construisons la grève générale pour le retrait du projet de loi sur les retraites ! Ensemble, pour un syndicalisme de lutte plus fort et plus efficace.

Le projet de loi sur les retraites est encore une preuve que la lutte des classes existe, et que la classe sociale qui n’est pas la nôtre la mène activement. Les annonces catastrophistes à coup de milliards qui manqueraient pour nos retraites ont pour seul but de masquer la réalité : patrons et gouvernement veulent nous faire travailler plus longtemps et nous payer moins, pour dégager encore plus de profits sur notre travail.

Pourtant, de l’argent il y en a … dans les poches du patronat et des actionnaires.
Sur seulement 3 ans, de 2007 à 2009 (année de crise !), les entreprises françaises du CAC 40 ont fait 212 milliards de bénéfice. En 2009, ces mêmes entreprises ont distribué 39 milliards d’euros à leurs actionnaires. Les « niches fiscales » réservées aux 1% les plus riches représentent 3 milliards par an, les cadeaux au patronat sous forme d’exonérations de charges sociales, 15 milliards chaque année.
Largement plus que les sommes, parfois fantaisistes, qu’on nous dit nécessaires dans 40 ans !

• Avant la fin du travail des enfants, les patrons expliquaient « ce n’est pas supportable économiquement, on ne peut pas ! ».
• Avant la journée de 8 heures, les patrons expliquaient « ce n’est pas supportable économiquement, on ne peut pas ! ».
• Avant les 40 heures, les patrons expliquaient « ce n’est pas supportable économiquement, on ne peut pas ! ».
• Avant les 35 heures, les patrons expliquaient « ce n’est pas supportable économiquement, on ne peut pas ! ».
• Avant la retraite à 65 ans, les patrons expliquaient « ce n’est pas supportable économiquement, on ne peut pas ! ».
• Avant la retraite à 60 ans, les patrons expliquaient « ce n’est pas supportable économiquement, on ne peut pas ! ».

Aujourd’hui, c’est pareil ! Mais le rapport de forces entre classes sociales étant ce qu’il est, gouvernement et patrons ne luttent plus contre la réduction du temps de travail mais pour le rallonger.

2 ans de plus pour avoir droit à la retraite, c’est comme nous reprendre 24 années de congés payés, comme s’il fallait les rembourser avant de partir en retraite !

Il faut arrêter ça ! Retrait du projet de loi, annulation des contre-réformes des retraites qui se succèdent depuis 1993, prise en compte des revendications syndicales sur les travaux pénibles et dangereux, l’égalité professionnelle entre femmes et hommes, etc. Soyons à l’offensive ! Nous sommes légitimes à vouloir récupérer le fruit de notre travail, à vouloir en décider l’utilisation pour le bien être collectif.

Les journées de grève et manifestations interprofessionnelles de ces derniers mois, et aussi plusieurs luttes sectorielles, confirment que les travailleurs et travailleuses veulent se battre. L’expérience montre que face à des enjeux comme le projet de loi sur les retraites ou pour obtenir satisfaction sur nos revendications, la répétition de journées isolées ne permet pas de gagner.

En 2009, la grève générale a débouché sur des acquis en Guadeloupe et en Martinique..
En France, la même année, les journées d’action de janvier, mars, avril, mai n’ont rien donné
et se sont terminées par une mobilisation affaiblie en juin. Tirons le bilan de nos expériences, ne recommençons pas la même chose en 2010. Mars, mai, juin, septembre, nous étions des millions dans la rue ; cela crée un rapport de forces, mais il faut maintenant l’utiliser, assumer l’affrontement social … c’est ce qui nous permettra de gagner.

Nos collectifs syndicaux CGT, FSU, Solidaires, CNT, CDMT, CTU, STC déclarent travailler ensemble à construire un mouvement d’ampleur, la grève générale pour le retrait de ce projet de loi sur les retraites et pour la satisfaction de nos revendications !

Au-delà de cet important enjeu, nos sections syndicales, syndicats, unions interprofessionnelles, fédérations, réfléchissent ensemble aux moyens à mettre en œuvre pour renforcer le syndicalisme de lutte : réunissons-nous à la base, dans les entreprises, les services, les villes … opposons-nous solidairement aux méfaits du patronat … échangeons sur nos pratiques … travaillons ensemble nos revendications … dégageons des axes revendicatifs précis et unifiants … faisons connaître les luttes …
Maintenant, il faut agir !

C’est au nom de « la crise » que gouvernement et patronat veulent nous imposer de nombreux reculs sociaux. Le projet de loi sur les retraites est l’attaque frontale et générale ; mais l’offensive patronale se traduit aussi par les licenciements, la précarité, les salaires bloqués, des conditions de travail exécrables, etc.

Mais cette crise, c’est celle de leur système économique : le capitalisme qui repose sur l’exploitation de la grande majorité (salarié-e-s en activité, au chômage, en retraite, en formation) par une minorité (patrons et actionnaires). Cette crise, c’est celle de leur système politique. Celui des services rendus contre quelques légions d’honneur, celui des conseils aux milliardaires pour se soustraire à la loi pendant qu’est prônée la « tolérance zéro » contre la délinquance, celui qui nie le droit à l’autodétermination des peuples, qui attise le racisme, les discriminations. Celui où la démocratie est remplacée par l’élection de politicien-ne-s professionnel-le-s qui considèrent n’avoir aucun compte à rendre de leur mandat.

Patronat, banques, institutions internationales (FMI, Banque mondiale, …) sont autant de relais du capitalisme engagé dans une offensive globale contre la classe ouvrière : destruction des services publics, gel ou baisse de salaires, démantèlement des garanties sociales, répression antisyndicale … les recettes du capitalisme sont internationales. Le syndicalisme doit aussi répondre à ce niveau, avec une détermination bien plus grande que cela ne se fait actuellement.

Syndicalistes, nous pensons que c’est l’action directe et collective des travailleurs et des travailleuses qui fait changer les choses. Notre démarche n’est pas proclamatoire mais soucieuse de construire la grève générale nécessaire. Il ne s’agit pas d’exiger des structures syndicales nationales d’agir en dehors des mandats décidés dans le cadre de leur fonctionnement interne.

Nous voulons :

Rassembler, coordonner, les nombreux collectifs syndicaux de lutte. Pour cela nous appelons toutes les structures, tous les syndicalistes qui se reconnaissent dans cet appel à provoquer des réunions locales afin d’en faire l’outil d’un débat syndical renouvelé à la base.
Unir nos efforts, entre sections syndicales, syndicats, unions interprofessionnelles, fédérations,
Construire un réseau syndical utile à toutes celles et tous ceux qui veulent défendre et pratiquer un syndicalisme de lutte, un syndicalisme qui affirme que nos intérêts sont opposés à ceux de nos exploiteurs.
Gagner sur les retraites !

Syndicats de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de la CNT, de la CDMT, de la CTU, du STC, …
Ensemble, nous construisons la grève générale pour le retrait du projet de loi sur les retraites !
Ensemble, pour un syndicalisme de lutte plus fort et plus efficace.



Premiers signataires :

Jean-Marc Angèle, secrétaire générale du syndicat unitaire du commerce CTU ;
Ali Bendris, délégué syndical SUD Energie CGT-E Dalkia ;
Didier Bernard, délégué syndical CGT et comité de lutte Continental Clairoix ;
Georges Berry, secrétaire général du Syndicat des Douanes CTU ;
Patycia Bogard, déléguée SUD Téléperformance Le Mans ;
Jean-Claude Briart, secrétaire syndicat CGT Bâtiment du Douaisis ;
Jean Brignole, secrétaire général STC ;
Marc Brunet membre de la CA du SNES-FSU Aix-Marseille (Emancipation) ;
Sébastien Chatillon, délégué syndical SUD-Rail Paris Sud-Est;
Jacques Chibaudel, secrétaire STC Chemins de Fer Corses ;
Quentin Dauphiné, membre du Conseil National du SNES-FSU (Emancipation) ;
Jean Pierre Delannoy, secrétaire régional CGT Métallurgie Nord Pas de Calais ;
Nadine Déon, délégué départementale Solidaires Doubs ;
Etienne Deschamps, juriste de la CNT nettoyage de la région parisienne ;
Pascal Devernay, délégué départemental Solidaires Seine maritime ;
Martine Donio, déléguée syndicale SUD PTT Solidaires Puy de dôme ;
Jean Luc Dupriez secrétaire Union Locale CGT Nérac ;
Vincent Duse, militant CGT Peugeot Mulhouse ;
Michel Fabre, délégué CDMT ;
Emile Fabrol, délégué CGT Services publics Seine St-Denis ;
Jean-Mathias Fleury, membre de la CA nationale du SNES-FSU (Emancipation) ;
Didier Fontaine, délégué départemental Solidaires Paris ;
Jean Louis Frisulli, délégué départemental Solidaires Seine St Denis ;
Manu Georget, secrétaire du syndicat CGT Philips EGP Dreux ;
Julien Gonthier, délégué SUD ISS-LP Solidaires Industrie ;
Eddy Guilain, délégué CGT St Gobain Securit Aniche ;
Jérôme Guilain, secrétaire Union Locale CGT Douai ;
Yves Juin, délégué CGT territoriaux Rennes ;
Bettina Larry, secrétaire du CE Banque populaires Caisse d’Epargne Ile-de-France, SUD BPCE ;
Christophe Laventure, délégué régional SUD Culture Solidaires Basse-Normandie ;
Nicols Lefebvre, UGICT-CGT Ville de Paris ;
Patrice Le Formal, élu CGT Comité d’Entreprise SBFM (Lorient) ;
Mael Le Goff, Délégué du personnel SBFM (Lorient) ;
Pierre Le Méhanès, secrétaire général syndicat CGT SBFM (Lorient) ;
Jean-Yves Lesage, délégué syndical CGT imprimerie Desfossés 93 ;
Olivier Lorreyte, SUD Education Angers ;
Xavier Mathieu, délégué CGT et comité de lutte Continental Clairoix ;
Frédéric Michel, Solidaires Bouche du Rhône ;
Pascale Montel, secrétaire syndicat CGT Métallurgie Flandres Douaisis Dunkerquois ;
Patricia Morlans, déléguée départementale Solidaires Haute-Garonne ;
Alain Mosconi, secrétaire national STC ;
Philippe Najewalek, secrétaire général Union Locale CGT Douai ;
Nathalie Neil Riou, memebre de l’Union fédérale ICT Métallurgie CGT (Philips Dreux) ;
James Perus, secrétaire général syndicat CGT Métallurgie du Douaisis ;
Dany Perutin, secrétaire général CDMT ;
Hervé Pinto, secrétaire général CDMT Poste ;
Alain Plaisir, membre du Conseil Central Syndical CTU ;
Cristian Popescu, délégué syndical Solidaires Prévention/Sécurité ;
Guy Pottiez, secrétaire général syndicat CGT Renault Douai ;
Pascal Poyen, délégué départemental Solidaires Saône et Loire ;
Frank Raymon, secrétaire général en charge des secteurs Commerce-Energie-Industrie CDMT ;
Théo Roumier, délégué départemental Solidaires Loiret ;
Secrétariat confédéral CNT ;
Julien Sergère, délégué CGT Educ’action 94 ;
Eric Sionneau, délégué départemental Solidaires Indre et Loire ;
Pierre Stambul, élu au CDFN FSU, SNES-FSU (Emancipation) ;
Djiby Sy, secrétaire syndicat SUD Solidaires Bâtiment Travaux Publics ;
Magali Villegier, délégué CGT cheminots Annecy ;
Olivier Vinay, membre de la CA nationale du SNES-FSU et du BDFN de la FSU (Emancipation) ;
Franck Wangoothem, délégué syndical CGT Philips Dreux ;
Philippe Wullens, secrétaire du syndicat SUD Chimie Total Dunkerque ;
Olivier Youinou, délégué SUD Santé-Sociaux Hôpital Mondor Créteil

 

Format PDF : http://www.syndicalistesunitaires.org/I ... taires.pdf
Format MS Word : http://www.syndicalistesunitaires.org/I ... ndical.doc
Format RTF : http://www.syndicalistesunitaires.org/I ... ndical.rtf

site : http://syndicalistesunitaires.org/

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Mouvement social
commenter cet article