Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Alternative Libertaire 37 - Le blog du Collectif Alternative Libertaire de Touraine
  • Alternative Libertaire 37 - Le blog du Collectif  Alternative Libertaire de Touraine
  • : Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et communistes libertaires vivant et travaillant sur Tours et son département.
  • Contact

Où acheter notre journal ?

Mensuel Alternative Libertaire

Dans la ville de Tours, vous le trouverez aux adresses suivantes :

- 3 rue Nationale

- 1 place du Grand Marché

- 5 rue de Bordeaux

- 18 rue B. Palissy

- 30-32 rue Giraudeau

- 115 bis rue Giraudeau

- 21 avenue de Grammont

- 59 quai Paul Bert

- Gare SNCF

- 110 rue de la Fuye

- Le Numéro 6 (avenue Stendhal).

Pour le reste du département : http://www.trouverlapresse.com

Recherche

8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 21:02

Fukuchinon
manifestation antinucléaire et village alternatif le12 avril 2014 à Chinon


Image



Entre les tristes anniversaires des accidents de Tchernobyl et Fukushima, un collectif regroupant plusieurs groupes locaux du Grand Ouest du réseau « Sortir du nucléaire », des associations et des citoyens, organise le 12 avril 2014 un festival anti-nucléaire et pour les énergies renouvelables.

Ce festival, intitulé Fukuchinon, se déroulera de 11 heures à 23 heures, à Chinon en Indre-et-Loire, à proximité de la première centrale nucléaire construite en France.

Sur place : marche pacifiste à 14 heures et village des alternatives avec restauration et marché bio, expositions, conférences, documentaires, stands d’artisans, musique, animations pour les petits et les grands, clowns et... briseurs d’atomes.

Les organisateurs invitent « les citoyens à venir nombreux le 12 avril pour exprimer leur volonté de sortir du nucléaire et leur désir de voir les énergies renouvelables lui succéder », ou tout simplement à venir s’informer.

Plus d’informations sur http://fukuchinon.over-blog.com/

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Écologie
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 17:21

Appel à manifester contre "le jour de colère"

Contre la tenue d’un « Jour de colère » régional à Tours

Le 6 avril 2014 doit se tenir à Tours une version régionale du tristement célèbre « Jour de colère », dont la première édition, le 26 janvier dernier à Paris, a réuni près de 20 000 membres de toutes les tendances de l’extrême droite française.

Cette manifestation s’inscrit dans un contexte politique tendu : la grande vague homophobe de 2013, qui a servi de porte-avion aux initiatives du « Jour de colère », n’a épargné ni notre ville, ni notre région ; l’extrême droite la plus radicale y est bien implantée, comme en témoignent les multiples agressions et provocations que ses membres ont perpétré ces derniers mois en toute impunité ; enfin, les sympathisants de l’ex-humoriste Dieudonné, s’ils ne sont pas plus nombreux qu’ailleurs, sont eux aussi bien présents. Bref, toutes les composantes du « Jour de colère » sont en place, ce qui laisse craindre que cette mobilisation pourrait être importante localement.

Il est hors de question de laisser les mouvances réactionnaires et fascisantes tenter à nouveau de s’approprier les rues de Tours pour y déverser tranquillement leurs appels à la haine. La manifestation du 11 novembre 2013, qui a permis de rassembler environ 400 personnes, a de ce point de vue été un succès, en permettant, pour la première fois depuis des années, d’inverser le rapport de force local. Mais il est essentiel que cette réussite soit suivie d’une nouvelle mobilisation au moins aussi importante, afin de confirmer la présence et l’implantation locale des forces progressistes.

MANIFESTATION A TOURS , PLACE JEAN JAURES,      

LE DIMANCHE 6 AVRIL, A 14H30.

Premiers signataires : Collectif Antifasciste Tourangeau, Alternative Libertaire 37, Les Amis de Demain Le Grand Soir, MJCF37, NPA37, Solidaires 37, SUD PTT37, SUD Rail Tours, SUD Etudiants, MFPF37 , ATTAC37, PG 37, PCF37, LDH37, CGT CNAV 37.  

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Anti-fascisme
commenter cet article
20 mars 2014 4 20 /03 /mars /2014 12:15

Projection-débat "Ne vivons plus comme des esclaves", le mercredi 26 mars, à partir de 20h, salle polyvalante du centre de vie du sanitas, Tours, en présence du réalisateur Yannis Youlountas, organisée par Alternative Libertaire 37

 

Image

Image

Yannis Youlountas sera l'invité de l'émission "Demain Le Grand Soir" de ce mercredi 26 mars de 19h à 20h, sur radio béton, 93.6

 

 

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Actualités du CAL
commenter cet article
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 21:12

Appel unitaire à manifester à Tours le samedi 8 mars, 15h30, place Anatole France

 

Pour un 8 mars féministe et de lutte

Toutes et tous à la manifestation

à 15h30 Place Anatole France à Tours

Le 1er février, plus de 400 personnes ont défilé dans les rues de Tours pour soutenir les femmes espagnoles dans leur combat pour le droit à l’avortement. Il y avait bien longtemps que les femmes tourangelles ne s’étaient pas retrouvées ensemble dans la rue pour défendre leurs droits. C’est plus que nécessaire à l’heure où en France, les fermetures de centres pratiquant l’IVG, le manque de moyens, les manipulations de sites Web pour pousser les femmes à mener leur grossesse non désirée à terme, et plus globalement les actions toujours plus nombreuses des militant-es anti-choix sont une constante menace pour ce droit resté fragile.

« Les luttes des femmes ont permis de conquérir des droits et de progresser vers l’égalité entre les femmes et les hommes. Mais aujourd’hui cette égalité est loin d’être effective dans une société qui reste encore dominée par le système patriarcal. Certains droits se trouvent même remis en cause, notamment du fait des politiques d’austérité. La montée de l’extrême-droite et des extrémismes religieux constitue un danger supplémentaire de régression pour les femmes.

La journée du 8 mars, qui célèbre l’histoire de ces luttes, est plus qu’un symbole. C’est la journée internationale de luttes pour les droits des femmes du monde entier. Nous refusons la récupération de cette journée à des fins commerciales, proposant de la « fêter » par un cadeau ou une distribution de fleurs sur le lieu de travail… sans doute pour mieux faire oublier, le reste de l’année, l’ampleur des inégalités.

Les femmes sont touchées par les inégalités de salaire et de retraite, par le temps partiel subi, la précarité, elles sont majoritairement en charge des tâches domestiques et familiales, minoritaires dans les postes de responsabilité politique ou économique. Elles sont trop souvent victimes de multiples formes de violences : viols, violences conjugales, agressions racistes de femmes immigrées, violences sexistes au travail, lesbophobie, prostitution…

Le 8 mars ne doit pas être une journée sans lendemain. Plus que jamais, il doit s’inscrire dans une dynamique de mobilisations, de luttes et de revendications des femmes, ici et par tout dans le monde, pour faire reculer le système patriarcal et obtenir l’égalité, aussi bien au travail, dans la famille que dans la société toute entière !

Cet appel national a été lancé par Solidaires - FSU - UNEF - ATTAC - Marche Mondiale des Femmes - Planning familial Ile de France.

A Tours, nous invitons les femmes et les hommes à descendre dans la rue le samedi 8 mars prochain afin de revendiquer une réelle égalité au travail, dans la rue et à la maison.

Lutter contre les violences faites aux femmes

Défendre une éducation non sexiste et promouvoir l’égalité

Défendre le droit à l’avortement et à la contraception

En solidarité avec les femmes du monde entier !



Premiers signataires en Indre et Loire : SUD/Solidaires 37- Ligue Droits de l’Homme 37 - Mouvement du nid 37- Osez le féminisme 37, Collectif féminisme/droits des femmes PCF 37- AL 37- NPA 37- PG 37– CGT 37

 

 

Tract d'Alternative Libertaire

Image

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans féminisme
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 11:48

Tours, samedi 15 février

Rencontre-projection-débat :

Lutte anti-capitaliste et nouvelles solidarités

à partir de 14h30, au foyer des cheminots, 11 rue Blaise Pascal (près gare)


Image



Sur la nécessité d’un soulèvement, populaire et révolutionnaire

Le livre et le film qui seront présentés fonctionnent avant tout comme une invitation à s’organiser, à écarter les malentendus et dissiper la confusion politique qui règne au moment où la crise économique constitue aussi une perte de sens. Il s’agit de penser collectivement le processus révolutionnaire, c’est-à-dire la vision du monde qu’il engage, les gestes et stratégies qui lui donneront consistance.

En effet, le bilan de la gauche au pouvoir s’ impose comme une évidence pour tous : poursuite des politiques de droite, c’est-à-dire de libéralisation, de privatisation, de licenciements massifs, d’austérité, et bien sûr d’expulsions des « étrangers ». Le même racisme d’Etat, les mêmes cadeaux au patronat et aux banques pour la sacro-sainte « croissance », le même culte du progrès et du productivisme, juste quelques nuances de discours et de communication bref, tout n’est finalement qu’une question de « relation publique », cette fameuse propagande moderne, marchande et libérale.

Ainsi, nous ne pouvons plus faire abstraction de ce qu’a produit historiquement « la gauche » puisque c’est sous Mitterrand et son gouvernement d’union (PS, PCF) qu’ont été introduites les politiques néolibérales en France dont Hollande est le meilleur héritier. Il est clair que ce sont les trahisons et reniements successifs de celle-ci depuis sa naissance qui font le lit de l’extrême droite qui s’ impose maintenant sur le plan médiatique et aussi, en partie, dans la rue. La Grèce n’est pas très loin, elle est là pour nous le rappeler puisque c’est cette même « gauche » contre-révolutionnaire qui a empêché la prise du parlement et permis dans le même temps le vote du « plan d’ajustement structurel » pour la première fois imposé à un pays membre de l’U.E.

La question pour nous est de savoir, à partir de ce constat, ce qu’ il nous reste à faire, à défaire, à construire et à attaquer. C’est-à-dire : comment lier l’offensive politique contre le capitalisme au développement de forme de vie et d’existence « alternative » solide, de solidarités qui puissent durer. Mais aussi comment articuler la lutte sociale et révolutionnaire à l’élaboration et au déploiement ici et maintenant d’une certaine idée du communisme.

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Actualités locales et communiqués
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 11:45

Samedi 15 février
Soirée de soutien au café comptoir Colette's

Image



Le combat continu pour la reprise du café comptoir Colette's et pour l'occasion nous avons décidé de "ressusciter" l'Ile Aucard (les plus anciens se rappelleront des 1eres éditions d'Aucard de Tours).
Au programme ce sont pas moins de 10 groupes et Dj's qui se succèderont :

◆ Elio Camalle (le Bresil en Acoustique)
https://soundcloud.com/elio-camalle
◆ Seth Leïma (Fuuuuusioon)
https://soundcloud.com/seth-leima
◆ Belakane (African Blues de Blois)
http://youtu.be/DpNWOZCQ_RQ
◆ The Awakening (Pop Rock 70's)
http://theawakening.bandcamp.com/
◆ Electric Vocuhila (Jazz Afrobeat)
http://electricvocuhila.bandcamp.com/
◆ Suck Da Head (Fanfare américaine from Tours)
►http://suckdahead.bandcamp.com/album/suck-da-head
◆ Martine On The Beach (Electro Swing On The Beach)
http://martineonthebeach.bandcamp.com/
◆ DJ Kéké (Soul, Funk, Garage, Boogaloo)
◆ La Gran Ursula (Cumbia-Cumbia)
http://youtu.be/KAzA1_onhJM
◆ Frottis de l'Espace (Punk / Grindcore)
http://frottisdelespace.bandcamp.com/

PAF : Prix libre
Bar et restauration sur place
Ouverture des "portes" : 17h

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Actualités locales et communiqués
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:15

SOLIDARITE !

En juillet 2011, parait une brève dans le tract mensuel "SUDVERSIF" dénonçant les sanctions contre un militant de SUD-PTT 36-37 et l’attitude autoritaire du directeur de La Poste vis à vis de cet agent. Les termes sont relevés, à hauteur de l’émotion suscitée par ces évènements. Le tribunal Administratif d’Orléans annulera d’ailleurs ces sanctions en mars 2013.

Le directeur, Jean-Jacques Tibi porte alors plainte car il s’estime "injurié" et s’en suit un invraisemblable feuilleton judicaire : Pas moins de 11 convocations devant les services de police ont été requises dans cette affaire, à l’encontre de 8 camarades. L’hébergeur du site est convoqué de son côté à Toulouse. Encore plus scandaleux, le 28 juin 2012, la Police effectuait une perquisition dans les locaux de SUD-PTT. On assiste bien là à une tentative de criminalisation de l’expression syndicale. Notons que la mise en examen de notre camarade militant du mouvement social est intervenue le jour même où l’Assemblée Nationale refusait de débattre de l’amnistie sociale. 3 rassemblements de soutien ayant regroupé 150 personnes, des milliers de cartes postales envoyées au président de la république, des dizaines de messages de soutien d’autres organisations du mouvement ouvrier ponctuent ces évènements.

" S’agissant des termes employés au sein de l’article litigieux et dénoncés par la partie civile, il n’est pas possible de considérer qu’ils constituent des injures au sens de la loi du 29 juillet 1881. Bien que désagréables à entendre pour M Tibi, les propos incriminés expriment des idées, des concepts restant en deçà de la notion d’injure. Il n’est donc ni possible, ni souhaitable que la justice vienne sanctionner pénalement des écrits dont la teneur reste acceptable dans le cadre d’une société démocratique… Il ne résulte enfin pas du dossier que le syndicat SUD ait voulu stigmatiser les origines juives de M Tibi ". Ce n’est pas SUD qui écrit cela, mais c’est le réquisitoire aux fins de non lieu écrit par le procureur de la république le 4 juillet 2013.

Et pourtant, SUD-PTT 36-37, en la personne de son ex-secrétaire départemental, est traîné devant le tribunal de Grande Instance de Tours, ce vendredi 14 février 2014 !

Il s’agit donc d’une attaque grave et répétée contre un syndicat et une répression qui vise à faire taire toute contestation sociale. Elle dépasse largement le cadre de SUD-PTT 36-37 puisqu’elle pose le problème de la liberté syndicale dans son ensemble.

La fédération SUD-PTT a décidé d’appeler à une grève nationale à l’occasion de ce procès.

MANIFESTATION DE SOUTIEN jeudi 13 février 2014, à 18H, 10 rue Flemming, Tours, devant la direction de La Poste.

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN, vendredi 14 février 2014, de 8H30 à 14H, devant le palais de justice de Tours (barnum chauffé, musique, restauration, boissons chaudes sur place en non stop avec "apéro anti-répression" à partir de 12H) Conférence de presse nationale à 11H sur place.



Premiers signataires : SUD-PTT 36-37, SOLIDAIRES 37, CNT PTT Centre, Fédération CNT-PTT, Parti de Gauche 37, Collectif Antifasciste Tourangeau, LDH 37, FSU 37, NPA 37, AL 37.

 

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Anti-répression
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 20:15

Appet à manifester partout

 

Non à la régression des droits des femmes en Espagne et ailleurs !
La liberté face à l’obscurantisme !
2014 : pour nos droits, pour nos choix !


Les féministes espagnoles organisent une manifestation à Madrid le 1er février
Mobilisons nous pour les soutenir
Manifestons partout ensemble SAMEDI 1° FEVRIER


20 décembre 2013, le gouvernement espagnol Rajoy veut annuler la loi autorisant l’avortement, rappelant les sombres heures du franquisme.

Il revient sur la loi obtenue en 2010 qui légalisait l’avortement jusqu’à 14 semaines d’aménorrhée (22 pour raison médicale) au mépris des recommandations des textes internationaux de l’Organisation Mondiale de la Santé et de l’Organisation des Nations Unies.

Renouant avec des pratiques qui dénient la liberté de choix aux femmes au mépris des droits humains fondamentaux, il annonce clairement son projet de société : maintenir les femmes dans un statut social étroit et de soumission.

Cette attaque du gouvernement espagnol s’inscrit dans l’offensive européenne des opposants aux droits des femmes comme l’a illustré en décembre 2013 le rejet du rapport Estrela par le Parlement européen (rapport sur la santé et les droits reproductifs traitant de l’accès aux contraceptifs et à l’avortement, de la procréation médicalement assistée, de l’éducation sexuelle et de la liberté de conscience). Ce rapport proposait que l’avortement soit de la compétence de l’Union européenne, encourageant ainsi tous les états membres à l’autoriser.

Ce refus d’accepter le droit des femmes à disposer de leur corps, cette persistance à les considérer comme des sous citoyennes incapables de décider par elles-mêmes désigne l’enjeu : quelle société voulons-nous ?

Le combat des femmes, des forces démocratiques et associatives espagnoles pour ce droit fondamental est le nôtre, et nous le soutiendrons ici et ailleurs car il est le combat de celles et ceux qui veulent l’égalité entre les femmes et les hommes.

Il rejoint les luttes que nous avons menées et que nous continuons à mener dans notre pays. Car, si le droit à l’avortement est bien inscrit dans la loi française, la concrétisation du droit à travers des centres d’avortement nombreux, permettant un accueil et des soins de qualité, n’est toujours pas assurée de manière satisfaisante dans toutes les régions.

C’est aussi un soutien à toutes les femmes obligées de se rendre dans une autre région ou dans un autre pays parce que là où elles vivent l’accès à l’avortement est difficile, voire interdit.

Nous appelons à :
- Lutter pour une Europe où toutes les femmes pourraient disposer librement de leur corps sans contrainte étatique et religieuse, et qui intègre ces droits à la Charte européenne des droits fondamentaux ;
- Soutenir le combat des femmes espagnoles pour conserver l’acquis qu’elles ont gagné de haute lutte.

Non à l’ordre moral qui veut gérer nos vies,

Oui à nos droits, tous nos droits et à la liberté de choix d’avoir un enfant ou non



Premiers signataires : ANCIC, CADAC, Collectif Tenon XXe, Mouvement Planning Familial confédéral, 40 ans de mouvement, APEL-Egalité, Association Droits des Femmes XXème, Association pour la Mixité l’Egalité La LaÏcité, Association Nationale des Études Féministes, Association Nationale Sages-Femmes Orthogénistes, Collectif 8 mars pour toutes, Collectif Oui oui oui, Collectif National pour les Droits des Femmes , Collectif de Pratique et de Réflexion Féministe Rupture, Comité Laïcité République, Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes, Coordination lesbienne en France, Comité Femmes Manche 50, Demain les femmes(sud77), Du Côté des femmes, Encore Féministes, Elu/es Contre les Violences faites aux Femmes, Femm’Ecolos, Femmes pour le Dire Femmes pour Agir, Fédération Régionale d’IDF du Planning Familial, Féminisme enjeux Théâtre de l’opprimé, Féminisme et géopolitique, Féministes pour une Autre Europe, Femmes en Résistance, Femmes Solidaires, FièrEs, La Grande Loge Féminine de France, L’Assemblée des Femmes, Les efFRONTé-e-s, Lesbiennes of Color, Ligue du droit international des Femmes, Maison des Femmes de Montreuil, Maison des Femmes de Paris, Marche Mondiale des Femmes France, Osez le Féminisme, Regards de femmes, Réseau Féministe Rupture, Réseau de Jeunes Féministes d’Europe MMF, Solidarité féministe, Attac , CNAFAL, Coordination Nationale des Comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, FASTI, Fondation Copernic, Groupe Cadre de vie, l’Inter-LGBT, Citoyenneté Action Participation pour 21e siècle), Hétéros au boulot, Le Long Yang Club Paris, LGBT Formation Avignon, Les Enfants d’Arcen- Ciel - Ligue des Droits de l’Homme, Marea Granate Paris, Médecins du Monde, Union des Famille Laïques, Confédération Générale du Travail, Fédération Syndicale Unitaire, Syndicat général des lycéens, UNEF, Union Syndicale Solidaires, UL-CGT 20, Alternative Libertaire, Ensemble, Europe Ecologie Les Verts, Gauche Unitaire, Izquierda Anticapitalista (Espagne), Les Jeunes Écologistes, Lutte Ouvrière, Mouvement des Jeunes Communistes Français, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste Français, Parti de Gauche, Parti Socialiste, Union des Étudiants Communistes…

 

 

Tours, rassemblement  Samedi 1er février 14h Place Jean Jaurès.

Les signataires locaux: Planning Familial 37, Le Café des femmes, la LGBT de Touraine, Mouvement de la jeunesse communiste de France, Osez le féminisme! 37, Sud Santé sociaux, solidaires 37, CIDFF 37, PCF 37, PG 37, NPA 37, Alternative libertaire 37, LDH, CGT et FSU.
 

 

Tract d'Alternative Libertaire

 

Image

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans féminisme
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 23:29

BLACK, BLANC, BEUR, LE RACISME N’A PAS DE COULEUR !
A l’occasion de la venue de Dieudonné à tours le 10 janvier prochain, voici un petit dossier pour ceux qui croient encore qu’il n’est ni antisémite ni d’extrême-droite

Il y a deux façons d’aborder la question Dieudonné. Soit le considérer comme un politique qui utilise son don de faire rire pour propager ses idées d’extrême-droite, soit le considérer comme un comique constamment dans une provocation rafraîchissante vis-à-vis d’un système bien-pensant.

Je vais m’attacher ici à démontrer que la première hypothèse est la bonne.

Si prises une par une, les « provocations » et « dérapages » de Dieudonné ne sont justement que des « dérapages » et des « provocations », prises dans leur globalité et dans leur enchaînement chronologique, elles dessinent un parcours politique cohérent. Ce parcours le rattache aujourd’hui à l’extrême-droite anti-impérialiste, dite rouge-brune.

1) 2002-2004 : La quête identitaire, trappe à antisémitisme
Dès ses débuts en solo, Dieudonné a donné une coloration politique à son métier d’humoriste. Son duo avec Elie Semoun symbolisait en soi une forme d’antiracisme et de tolérance républicaine. Ce passé l’a longtemps protégé malgré ses dérives.
En solo, il ne va plus simplement être un symbole par sa couleur de peau, mais devenir un militant de gauche. Militant écologiste, pro-palestinien, athée, il abordera ces thèmes dans ses sketchs et ira jusqu’à les porter sur des listes électorales.
Dieudonné s’intéresse aussi à l’histoire du peuple noir. C’est cette quête identitaire, mêlée à la lutte pour le peuple palestinien, qui va le mener à se rapprocher petit à petit de l’extrême-droite.
En 2002, l’humoriste a notamment comme projet de réaliser un film sur l’esclavage. Après avoir écrit un script, Dieudonné le présente au Centre National Cinématographique afin de pouvoir bénéficier de subvention à la production. Le CNC refuse, déclenchant la colère de Dieudonné (il faut savoir que seulement 10 à 15% des demandes d’aides envoyées au CNC aboutissent). A ce moment, l’humoriste analyse ce refus comme étant le résultat d’une volonté de la communauté juive d’interdire l’expression des souffrances des autres peuples, l’Holocauste devant rester la seule souffrance universelle de l’Humanité. D’où le refus de produire un film sur l’esclavage des noirs qui serait une concurrence à la mémoire de la Shoah selon Dieudonné. Pour produire cette analyse, Dieudonné se base sur le fait qu’une partie des dirigeants du CNC sont supposément juifs.
Cette affaire sera à l’origine d’une de ses premières déclarations publiques antisémites, bien avant le fameux sketch « Isra-heil ! » : « [les juifs sont] un peuple qui a bradé l’Holocauste, qui a vendu la souffrance et la mort, pour monter un pays et gagner de l’argent », «[...] le lobby juif déteste les Noirs, vraiment! Étant donné que le Noir, dans l’inconscient collectif, porte la souffrance, le lobby juif ne le supporte pas, parce que c’est leur business! Maintenant, il suffit de relever sa manche pour montrer son numéro et avoir droit à la reconnaissance.» (Black Map, 2003).
A la concurrence des mémoires, Dieudonné ajoute donc publiquement une autre accusation qui vient expliquer la supposée politique juive dans le cinéma : affirmer une seule souffrance, plus grande que les autres, la Shoah, servirait à légitimer l’existence d’Israël. Cette explication porte en elle une certaine vision de la judéité qui pose déjà problème car inféodant tout juif à la défense d’Israël en tout lieu, y compris dans le 7ème art, et y ajoutant, déjà, le stéréotype du juif prêt à tout pour faire de l’argent.
Puis, fin 2003, viendra le sketch sur France 3 et son « Isra-heil ! » de clôture, qui n’est donc ni un acte isolé ni un premier signal d’alerte à l’époque.
Après la concurrence des mémoires et son instrumentalisation pour justifier l’existence d’Israël, viendra bientôt s’ajouter une nouvelle accusation dans le discours de l’humoriste, nouvelle source de haine contre les juifs, à savoir l’accusation d’avoir participé à l’esclavage des noirs, voire de l’avoir organisé. Dieudonné exprime pour la première fois cette idée dans le JDD en février 2004 dans une interview au cours de laquelle il déclare : « Ce sont tous ces négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd’hui l’action terroriste qui manifestent leur soutien à la politique d’Ariel Sharon. Ceux qui m’attaquent ont fondé des empires et des fortunes sur la traite des noirs et l’esclavage [...] c’est Israël qui a financé l’apartheid et ses projets de solution finale. » . Ces propos sont certes tenus deux jours après la perturbation d’un de ses spectacles par des extrémistes juifs en réponse au sketch de décembre 2003, mais la colère montre ici des idées déjà matures et ayant une cohérence dans l’esprit du comique. Ces propos, pour lesquels sera condamné Dieudonné, ne peuvent être expliqué uniquement par un excès dû à la colère (1).

Toujours sur le thème de l’esclavagisme, en février 2005, alors en Algérie, Dieudonné déclara à l’Echo d’Oran : « Une partie des Juifs se sont enrichis en vendant des enfants noirs sur les marchés. Aujourd’hui, il faut réhabiliter la vérité historique et arrêter cette manipulation dont les sionistes ont l’habitude. C’est de la pornographie mémorielle ». Au cours de ce voyage, l’humoriste utilisa à plusieurs reprises l’expression « pornographie mémorielle » qui fit grand bruit en France et entraîna un procès.
Dieudonné développera par la suite l’idée que le commerce des esclaves était contrôlé par les armateurs juifs et que le Code noir, code « encadrant » la traite négrière a été une forme de reprise en main de l’esclavage par la religion chrétienne en y instaurant des règles alors qu’avant aurait régné l’arbitraire et la violence des juifs. (2 ) Sur Beur FM, il déclare ainsi en mars 2005 : « Le premier article du Code Noir, c’est : « Nous interdisons le commerce aux Juifs ». Mais pourquoi ? Parce que les Juifs avaient le, ce commerce-là, avaient le monopole de ce commerce depuis longtemps et qu’il fallait introduire une dimension chrétienne, c’est-à-dire qu’il fallait arrêter de castrer les mâles, il fallait arrêter de jeter les enfants à l’eau. ». Notons au passage que cet article premier du Code noir est faux et issu d’une interprétation personnelle de Dieudonné (voir 2).
D’où vient cette idée que les juifs seraient responsables de l’esclavage des noirs ? Cette thèse surprenante de par son antisémitisme sous-jacent est à l’origine apparue aux USA, au sein de la Nation of Islam, une secte « musulmane » afro-américaine ayant une vision très particulière de la religion et du monde : le Blanc est l’envoyé de Satan, le Juif coupable de l’esclavage, et le Noir est un être supérieur, etc… Si Dieudonné ne reprend pas le délire racial de la Nation of Islam, il en reprend les arguments concernant les juifs et l’esclavage. Comment de telles thèses se sont-elles retrouvées entre les mains de Dieudonné ? Mystère.
Toujours est-il que cette thèse sera par la suite une marotte de l’humoriste, elle sera notamment l’objet d’un sketch au cours duquel Dieudonné incarnera alternativement un esclave et son riche maître, un certain « Auguste Levy », présenté comme l’ascendant de BHL, dans son spectacle Mahmoud en 2010 (3). Etant peu concevable de faire de la concurrence sur la souffrance (qui a le plus souffert, comment et faut-il mesurer/hiérarchiser la souffrance humaine?), cette thèse à l’avantage pour Dieudonné, de faire passer les Juifs du statut de victime à celle de bourreau via l’accusation de traite humaine. Vers la même époque, Dieudonné substitue le terme « sioniste » à celui de « juif » afin d’échapper aux poursuites judiciaire.
Dans les années 2010-2011, Dieudonné affirmera à plusieurs reprises que cette recherche identitaire autour de l’esclavage a été chez lui le déclencheur de l’engagement antisioniste, comme nous le verrons plus loin.

Professionnellement: une période globalement épargnée par les dérapages
Depuis ses débuts en solo, Dieudonné a toujours donné une coloration politique à ses spectacles, abordant des sujets tels que le rapport incestueux entre les médias et le pouvoir politique, le racisme, mais aussi la politique états-unienne, le terrorisme, la cause palestinienne.
Sur la période 2002-2004, Dieudonné, maintient de fait un certain cloisonnement entre ses prises de positions sur le « sionisme » et son travail. Sur les quatre spectacles produits sur la période, le seul à être polémique est Mes excuses en 2004, qui est une réponse et une mise en scène de ses déboires suite au sketch sur France 3. Dès le début du spectacle, Dieudonné donne le ton en commençant par ces mots « Mes excuses, ô peuple de lumière ! » qui laisse peu de doutes sur le contenu à suivre. Dieudonné attaque ensuite pêle-mêle la « pensée unique » dont il serait victime, Israël et le sionisme. Si plusieurs remarques peuvent avoir une connotation antisémite, la théorie du complot autour de la Shoah et de la création d’Israël n’apparaît pas encore dans son travail d’humoriste.

2) 2005-2008 : un comique engagé avec l’extrême-droite rouge-brune
Cette évolution politique a permis les rapprochements ultérieurs avec l’extrême-droite radicale pour qui l’antisémitisme est intrinsèquement lié au nationalisme, les juifs étant considérés comme des corps étrangers dans des Nations forcément et naturellement homogènes sans eux.
Qu’est-ce que l’extrême-droite rouge-brune à laquelle nous rattachons aujourd’hui Dieudonné ? Il s’agit en fait d’un courant diffus alliant des idées de gauche et de droite, l’exemple typique étant ceux qui, comme Alain Soral, se revendiquent de « la gauche du travail et de la droite des valeurs ». Généralement, cela se traduit par un intérêt pour des régimes autoritaires ou nationalistes ayant des tendances vaguement sociales : Syrie, Lybie, Russie, Chine, Vénézuela, Cuba selon les goûts du rouge-brun en question. Nombre des pays admirés étaient partie prenante du Bloc de l’Est en leur temps, d’où le fait que la tendance rouge-brune regroupe aussi bien des nationalistes-révolutionnaires (néonazis « sociaux ») que des nostalgiques de l’URSS, principalement des groupuscules ultra-staliniens issus du PCF. La lutte anti-impérialiste est une autre composante majeure de cette mouvance, la lutte anti-américaine, pour la protection des cultures nationales contre « l’ordre mondialisé » se traduit alors souvent par des alliances qui peuvent paraître contre-nature : catho intégristes européens marchant main dans la main avec des milices islamistes par exemple.

La rencontre avec l’extrême-droite militante s’est probablement faite pour Dieudonné via la mouvance Egalité et Réconciliation d’Alain Soral, mouvance avec laquelle l’humoriste a déjà des contacts avant même son rapprochement médiatique avec le FN. Ainsi, Dieudonné rencontre Marc George, secrétaire général d’Egalité et Réconciliation en 2004 et Soral en 2005. George sera d’ailleurs son directeur de campagne lors de sa tentative de se présenter à la Présidentielle de 2007.
Avant de continuer, il faut s’arrêter quelques instants sur Alain Soral, personnage qui deviendra petit à petit, à partir de 2005, la tête « pensante » de l’humoriste et son acolyte dans ses aventures politiques.
Pour ceux qui auraient la chance de ne pas le connaître, Alain Bonnet de Soral de son nom complet, est un ancien animateur télé et critique de mode de peu d’intérêt des années 80 (4 et 5 ) reconverti durant les années 90 en écrivain polémiste, antiféministe et viriliste à outrance. En 2005, l’homme prend sa carte au FN, qui le présente alors comme une prise de gauche, Soral ayant, à l’en croire, appartenu au PCF. Soral possède également une association toute dédiée à sa personne: Egalité et Réconciliation (E&R) dont l’idée est de réconcilier « la gauche du travail et la droite des valeurs ».
La particularité d’E&R dans le microcosme d’extrême-droite, est de porter l’idée d’un nationalisme intégrateur sans mettre d’exclusive sur la culture chrétienne comme base permettant de se définir comme Français, ce qui permet à Soral et E&R de toucher certaines franges religieuses de l’immigration maghrébine et africaine, alors que le reste de cette nébuleuse est prête à faire des alliances avec d’autres cultures mais sur le mode du chacun chez soi.
Ce nationalisme large, doublé d’un antisémitisme obsessionnel représenté par la lutte contre le « système », « la communauté organisée » ou encore « l’empire » dans le dialecte soralien, a en fait comme but de souder les français de longue et de fraîche date dans la défense d’une patrie commune qui serait menacée par le démon américano-sioniste dont le projet serait de dénaturer les identités de chaque peuple pour créer un ordre mondial totalitaire. Comme nous le verrons plus tard, le terme « démon » est à prendre ici dans son sens religieux, E&R ayant une vision fortement religieuse essentialiste (les maghrébins sont forcément musulmans, les européens forcément chrétiens, etc).
Ce tropisme pour l’islam se traduit au niveau international par l’alliance privilégiée avec le chiisme, courant religieux au pouvoir en Iran et dont sont aussi membres les dirigeants syriens, opposé pour des raisons ethno-religieuses aux monarchies sunnites pro-américaines du Golf.
Pour plus d’informations sur l’idéologie d’Alain Soral, je vous invite à visionner la vidéo en lien (6). Le monologue est authentique, sans montage et typique de la diarrhée verbale que Soral produit à longueur de vidéo.

Pour en revenir à Dieudonné, c’est donc en 2005 que celui-ci rencontre son futur acolyte en antisémitisme, tout d’abord pour débattre, Soral l’ayant chargé dans un de ses livres, pour ensuite s’entendre pour taper sur leur ennemi commun. Jusqu’alors plus ou moins franc-tireur, c’est à cette époque que commence l’engagement de Dieudonné en temps que membre à part entière de l’extrême-droite anti-impérialiste rouge-brune et ses actions seront à partir de là marquées par le seau de cette mouvance.
Globalement, les années 2006-2008 consacrent le tournant médiatique à droite de l’humoriste, qui enchaînera ce qu’il présentera comme des provocations ou des soutiens à la liberté d’expression et qu’il serait fastidieux de détailler ici. De plus, ces provocations, qui à chaque fois déclenchent un buzz médiatique, ne sont que la partie émergée de l’iceberg, Dieudonné ayant compris que la proximité avec le FN peut lui assurer une promotion à peu de frais, mais cache l’engagement réel du comique avec l’extrême-droite radicale.
Loin des caméras et du buzz, fin 2005, Dieudonné met donc un deuxième pied dans la mouvance rouge-brune en participant à la conférence Axis for peace de Thierry Meyssan, adepte de la théorie du complot, pour qui le 11-septembre est un coup de la CIA pour justifier les guerres à venir et pour qui l’axe du Bien passe par l’Iran, la Syrie, la Russie et la Libye…
Pour Dieudonné, c’est le début des contacts internationaux avec les régimes proches des rouge-bruns. Ainsi, en 2006, il part avec Meyssan, Chatillon (individu discret mais omniprésent dans l’extrême-droite, de la plus classique à la plus radicale) et Soral en Syrie puis au Liban pour apporter son soutien au Hezbollah, une milice de « fiers combattants » alors en guerre contre Israël. Pour rappel, le Hezbollah est une milice chiite libanaise inféodée à la Syrie qui l’utilise pour déstabiliser son petit voisin, notamment via des attentats. Ce voyage ne sera que le premier d’une longue série : voyages en Iran en 2009, 2010 et 2012, voyage en Libye en mars 2011 en soutien à Khadafi.

2009 : le tournant de la Liste antisioniste
En 2009, Dieudonné lance la Liste antisioniste aux Européennes. La liste ne recueille que 1,3% des voix en Ile-de-France, mais au-delà des chiffres, la composition de la liste est éclairante sur les fréquentations de Dieudonné à cette époque. Parmi ses colistiers, on retrouve tout ce que la galaxie d’extrême-droite produit de plus radical : des anciens du Renouveau français (groupuscule catholique, royaliste et contre-révolutionnaire), des musulmans du Centre Zarah, une officine chiite pro-iranienne dirigée par Yahia Gouasmi, d’anciens Verts exclus du parti écologiste pour antisémitisme, des musulmans proches du FN, et bien sûr, Alain Soral.
Yahia Gouasmi, également créateur du Parti antisioniste, à « l’antisionisme » monomaniaque, résume bien les positions de cette liste : « Le sionisme a gangrené notre société. Il occupe une place majeure qui ne lui est pas destinée. Il gère les médias. Il gère l’éducation de nos enfants. Il gère notre gouvernement… et tout cela pour l’intérêt de l’étranger. », « Le sionisme il est en train d’éduquer tes enfants. Tu n’as plus autorité sur tes enfants. Il est en train de les orienter comme ils veulent, où ils veulent, même comment il faut voter. Le sionisme est chez vous, et chez nous. Il divise le foyer. Il divorce le foyer. A chaque divorce, moi je vous le dis, il y a un sioniste derrière. A chaque chose qui divise une nature humaine, il y a derrière un sionisme » (7 ). Ces propos sont tellement outranciers que même le Parti antisioniste a dû se désolidariser en partie de son fondateur en expliquant que « derrière chaque divorce se cachait un sioniste » était à prendre au sens figuré…
Aujourd’hui, les langues se délient et il semblerait que Liste antisioniste ait été subventionné à hauteur de 300 000 € par l’Iran, subvention que l’on peut supposer avoir été décrochée par les réseaux iraniens de Gouasmi.


3) 2009-2013 : l’humour comme arme pour contourner la loi

La Liste antisioniste a donc été un tournant dans la vie politique de Dieudonné. Jusqu’ici, son engagement auprès de la mouvance rouge-brune s’était fait via des rencontres, des voyages, des prises de position, le tout très discrètement et sans trop interférer avec son métier d’humoriste. A partir de 2009-2010, le cloisonnement entre la politique et le travail tombe, Dieudonné transforme ses spectacles en véritables meetings politiques, utilisant l’argument de l’humour et du second degré pour dire tout haut ce qu’il pense, contournant ainsi les lois sur le négationnisme et le racisme. Avec Sandrine en 2009, il inaugure ce qui sera ensuite un passage obligé et probablement l’une des raisons du succès de ses spectacles : le quart d’heure politique pendant lequel il revient, en début de spectacle sur ses derniers déboires et rencontres politiques, se moquant de ses adversaires et multipliant les allusions borderline.
Par exemple, en 2009, Dieudonné et Gouasmi ont rencontré Mahmoud Ahmadinejad à Téhéran. Le récit de cet épisode constituera une bonne partie du spectacle, justement intitulé Mahmoud, que Dieudonné présente comme un résistant, un « maître quenellier ». Dans ce même spectacle, le comique assume pleinement et pour la première fois, ses activités avec la droite radicale qu’il va jusqu’à utiliser comme matériau pour ses « sketchs ». L’on a ainsi droit à une apologie des dirigeants du Hamas et à un récit de sa soirée-restau avec Meyssan lors de son voyage en Syrie en 2006, soirée-restau qui n’est pas une invention et qui comprenait également Soral, Chatillon et un général de l’armée syrienne (8) .

Un cas d’école : Shoananas, un sketch comme arme politique
Si devant les tribunaux français Dieudonné présente ses sorties et provocations antisémites comme de l’humour, ses affirmations sont toutes autre un cadre ami, cadre dans lequel il explique clairement que l’humour est une arme pour faire passer des idées politiques.
Ainsi, en avril 2010, lors d’une interview à la chaîne iranienne Memri TV, il parle d’un futur projet, Shoananas. Cette chanson, parodiant Chaud cacao d’Annie Cordy, contenant des propos antisémites, décrit le « lobby juif » conformément aux idées déjà avancées par Dieudonné : la Shoah comme instrument comme unique souffrance de l’Humanité pour récolter de l’argent et créer Israël.
Dans ses récents procès, Dieudonné présente la chanson comme une parodie, qu’il aurait co-écrit avec le terroriste Carlos lors d’un atelier d’écriture carcéral. Sur Memri TV, ses propos sont tout autre, la chanson est présentée comme une chanson pour enfants visant à les éduquer de façon ludique (9) : « je viens de terminer d’écrire une chanson, une petite chanson pour les enfants qui s’appelle Shoananas, ou j’essaye d’expliquer qu’il ne faut pas se laisser aller à cette hiérarchisation des souffrances parce que l’Humanité toute entière a souffert », et plus loin « Shoananas sortira cet été, c’est un moyen qui permettra aux enfants de danser et d’apprendre en même temps. ». Dans les vues initiales de Dieudonné, Shoananas aurait donc été pensé comme un tube de l’été pour les enfants, le propagandiste qu’il est n’oublie pas les enfants dans sa guerre contre le « sionisme »…

Cette instrumentalisation de l’humour dans sa guerre contre le « sionisme », Dieudonné l’assume une nouvelle fois complètement lors d’une interview à la chaîne francophone iranienne Sahar TV en 2011. Cette interview, mise en parallèle avec son dernier spectacle d’alors, Mahmoud, est fort intéressante et discrédite totalement l’argument de la provocation humoristique. Dieudonné y confirme ce qu’il dit dans son spectacle, qui ne peut plus alors être considéré comme une œuvre artistique à prendre au second degré mais bien comme ce qu’il est, un meeting politique déguisé pour échapper à la loi. Entre autres déclarations, dans cette interview d’un quart d’heure, on peut l’entendre affirmer : « je me bas contre le sionisme à travers mon travail. Dans mon dernier spectacle, Mahmoud, en hommage à votre président Mahmoud Ahmadinejad qui est une voie évidemment pour les antisionistes du monde, une voie très importante. Là je ne parle pas de politique intérieure à l’Iran, que je ne connais pas ».
Toujours dans cette interview, Dieudonné confirme que l’humour de ses spectacles n’est pas du second degré : « le sionisme en France, ça commence dans les manuels scolaires [...] il a fallut aussi sortir de cette inaliénation, moi j’ai choisi l’humour. Pourquoi ? Parce que la matière première d’un humoriste c’est la bêtise humaine et le mensonge, et au final, c’est le sionisme.[...] c’est la seule arme qu’on nous a laissé. ».

Religion et sionisme : un nouveau tournant et une vision hallucinée du monde
Dans ses interviews données à des médias amis, Dieudonné tombe le masque et à partir de 2011, l’on peut y apercevoir une facette que l’on voit peu en France, celle d’un homme avec un côté religieux de plus en plus marqué au fil du temps, rompant avec son image d’incroyant construite à travers de nombreux sketchs, rejoignant progressivement les positions d’Alain Soral et d’E&R sur l’union des religions contre le sionisme.
Ainsi, dans l’interview à Sahar TV en 2011, l’humoriste nous livre une vision religieuse, quasi-mystique de sa lutte antisioniste, l’on voit un Dieudonné pour qui l’Islam et le Christianisme doivent combattre main dans la main pour combattre le sionisme, assimilé à un Mal quasi-métaphysique : « le Malin, le sionisme, tente de récupérer. En Europe il est très difficile de se repérer, c’est pour cela que je vous parlais du Christ aussi prophète de l’Islam […] Jésus a annoncé la venue du Messager, Mohammed, et il l’a anticipé. Et je pense qu’il est très important tout comme ce qui se passe aujourd’hui au Liban, que les chrétiens arrivent naturellement à l’Islam[...] les valeurs de l’Islam, c’est les valeurs du Christ.[…], [en Europe], la religion a disparue de notre système pour être remplacé par le sionisme en réalité et par les valeurs du sionisme ».
A la question du présentateur : « Pourquoi le sionisme est tant ennemi des valeurs islamiques et de la Révolution ? », Dieudonné répond : « c’est l’opposé je pense. C’est le Malin, le vice et le mensonge. L’Islam, c’est la recherche de la Vérité, le sionisme c’est la recherche de la manipulation et du mensonge. C’est la religion, une philosophie, on ne sait pas exactement ce que c’est en réalité si ce n’est le vice, la perversion et le racisme. C’est l’opposé des valeurs et chrétiennes et de l’Islam. ». Des propos stratosphériques que ne renierait pas un Yahia Gouasmi.
Ces propos peuvent surprendre et marquent une nouvelle étape, que l’on ne voit pas encore en France, dans le parcours intellectuel de Dieudonné : un retour à la religion, vue comme un rempart face au sionisme, voire comme un élément confisqué par le sionisme et qu’il faudrait donc se réapproprier, le sionisme étant le Mal, la religion qu’il chercherait à détruire est donc forcément le Bien. CQFD.
Cette vision religieuse de la lutte antisioniste, voire religieuse tout court s’affirme au cours des années 2011-2013, loin des yeux de son public. L’apothéose discrète en sera une interview au collectif musulman Amanah en mars 2013 pendant lequel Dieudonné nous parlera en long, en large et en travers de sa vision de Dieu mêlée de politique antisioniste (10 et 11).
Il y exprime par exemple l’idée déjà soulignée de religion confisquée par le sionisme et explique son athéisme passé comme un résultat de la propagande sioniste : « j’étais aussi le produit en fait [par mon éducation] d’un projet politique clairement défini qu’est le sionisme, qu’est de couper, de t’arracher à tes repères, à tes valeurs et de t’en fabriquer une, tu deviens consommateur, on va te créer une religion autour de la laïcité, de deux-trois petits trucs: droits de l’homme… la prétention du système c’est qu’il remplace même les prophètes ».
Il y expose une vision mystique de la politique, qui n’a rien à envier à Soral et sa lecture des Evangiles pour comprendre la politique internationale : « lorsqu’on vient de la tradition chrétienne, il est clair que la démission du Pape annonce l’arrivée de quelqu’un [...] on est nombreux à penser que quelqu’un va arriver ». De qui Dieudonné parle-t-il? du Christ? de l’Antéchrist? A cette question, il reste flou, répondant un très peu clair « oui, de toute façon, c’est certain, c’est en même temps ».

Et comme toujours chez Dieudonné, le politique précède le comique et ce retour à la chose religieuse se traduit en 2011 par son spectacle intitulé Rendez-nous Jésus. Ce spectacle contient notamment un sketch, qui aurait pu s’appeler «diffusons l’idéologie soralienne en rigolant » dans lequel Dieudonné incarne tour à tour un curé, un imam et un rabin en train de débattre dans lequel son personnage de curé affirme « notre destin commun est là, chrétiens, musulmans, main dans la main dans ce grand combat final contre Satan! », le Satan en question étant le judaïsme qui maltraite Jésus-Christ (12). Après ses diverses prises de positions, difficile d’y voir de l’humour. Toujours est-il qu’il est probable que cette thématique politico-religieuse prendra dans l’avenir de plus en plus de place dans le discours de Dieudonné.

Conclusion
J’espère que ce texte permettra aux derniers aveugles de se rendre compte que leur artiste préféré n’est plus un comique maniant un humour caustique mais un politique dont les spectacles s’apparentent plus à des « conférences gesticulées » d’extrême-droite, ces conférences hybrides entre le meeting politique et le spectacle, qu’à des spectacles.
J’espère aussi qu’il donnera des billes pour argumenter à ceux qui sont confrontés à des amis fans de Dieudonné. Car le cœur du combat est là : faire prendre conscience à la grande masse de ses fans (qui ne sont pas des antisémites pour la plupart mais des idiots sans repères politiques) que « Dieudo » n’est plus un comique depuis longtemps mais un politique d’extrême-droite qui utilise son don de faire rire pour propager ses idées et qui, non content de leur servir un meeting politique en guise de spectacle, leur fait payer la place !

Samuel Préjean

 

Notes :
(1) http://www.youtube.com/watch?v=c0NUau0uukk
(2) http://www.conspiracywatch.info/Les-demons-de-Dieudonne-3-3_a263.html
(3) http://www.youtube.com/watch?v=hh5LKzntyNU
(4) http://www.youtube.com/watch?v=misI57fGLOQ
(5) http://www.youtube.com/watch?v=xerwo5T9EYs
(6) http://www.youtube.com/watch?v=-A8RGnC2fWo
(7) http://www.conspiracywatch.info/Yahia-Gouasmi-Derriere-chaque-divorce-il-y-a-un-sioniste_a330.html?com
(8) http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article477
(9) http://www.memritv.org/clip/en/0/0/0/0/0/0/5074.htm?lang=fr
(10) http://www.youtube.com/watch?v=MG8Ldru-m-I
(11) http://www.youtube.com/watch?v=JTjx1ejcxg4 (version courte de la vidéo 10)
(12) http://www.youtube.com/watch?v=k_60qyl3ORA

 

http://lecombatlibertaire.free.fr/?p=254n

.

Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Anti-fascisme
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 18:57

 

La Rotative
Site collaboratif d'informations locales. Tours et alentours


http://tours.mediaslibres.org/

 

Charte de La Rotative

La Rotative est un site collaboratif d’information locale géré par un collectif autonome. Ce collectif n’est pas composé de professionnels des médias, mais de militants bénévoles. La Rotative veut offrir à celles et ceux qui luttent pour le changement social et l’émancipation un espace pour s’exprimer, diffuser des informations et médiatiser des activités sans dépendre de la presse dominante. Ce site ambitionne de créer des liens entre toutes les personnes en lutte, non seulement sur le net, mais aussi dans la rue.

La publication d’articles est ouverte à toutes et tous – individus, groupes, associations, etc. Les articles sont modérés par des membres du collectif d’animation du site, qui vérifient que le texte proposé correspond aux critères de publication, et suggèrent d’éventuelles améliorations sur le fond et/ou la forme.

Toutes les formes d’articles sont les bienvenues : enquêtes, récits, interviews, témoignages, comptes rendus de réunion, de manifestation ou d’audience, etc. Tous les supports (texte, vidéo, son, image, dessin, etc.) ont leur place. Les contributions doivent avoir un caractère informatif et une dimension locale.

Pour des raisons évidentes, on ne publiera pas de propos diffamatoires ou insultants. De la même manière, on ne publiera pas de contenus sexistes ou xénophobes. Ni de propos royalistes, hitléro-trotskystes, soralo-complotistes, rouges-bruns, verts-jaune, bleu marine, et autres bêtises. On aimerait aussi que les textes ne soient pas jargoneux, mais accessibles par toutes et tous.

Si un groupe politique ou un syndicat local produit une analyse pertinente, on est preneurs. S’ils veulent relayer une campagne nationale ou faire du prosélytisme un peu trop lourd, on est moins chauds.

La Rotative comprend également un « agenda » permettant d’annoncer les différentes initiatives politiques et culturelles (débats, projections, manifestations, concerts de soutien, etc.) correspondant à l’esprit du site. En revanche, l’agenda ne diffusera pas les évènements strictement artistiques ou ceux organisés par des institutions publiques locales (collectivités, partis politiques, etc.), des communautés religieuses ou des entreprises.

Les articles publiés sur La Rotative ne sont pas ouverts aux commentaires, parce que leur modération prendrait trop de temps. Des compléments d’information peuvent cependant nous être envoyés par e-mail (larotative37 chez gmail.com ou larotative chez riseup.net).

Celles et ceux qui voudraient diffuser une information mais ne se sentent pas capables d’écrire un article ou souhaitent être accompagnés peuvent se mettre en contact avec le groupe d’animation du site, histoire qu’on y travaille ensemble.

Pour participer, vous n’avez plus qu’à vous inscrire !
https://tours.mediaslibres.org/spip.php?page=login&url=%2Fecrire%2F

 


Repost 0
Published by Alternative Libertaire 37 - dans Actualités locales et communiqués
commenter cet article