Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Union Communiste Libertaire 37
  • : Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et communistes libertaires vivant et travaillant sur Tours et son département.
  • Contact

Où acheter notre journal ?

Mensuel Alternative Libertaire

Dans la ville de Tours, vous le trouverez aux adresses suivantes :

- 3 rue Nationale

- 1 place du Grand Marché

- 5 rue de Bordeaux

- 18 rue B. Palissy

- 30-32 rue Giraudeau

- 115 bis rue Giraudeau

- 21 avenue de Grammont

- 59 quai Paul Bert

- Gare SNCF

- 110 rue de la Fuye

- Le Numéro 6 (avenue Stendhal).

Pour le reste du département : http://www.trouverlapresse.com

Recherche

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 22:45
Après un mois d’insurrection populaire, le tyran est tombé. Ben Ali et sa clique ont pris le chemin de l’exil. C’est une immense victoire pour le peuple tunisien qui ne peut que réjouir toute personne éprise de liberté. C’est aussi un exemple et un grand espoir pour les peuples de la région qui vivent dans des régimes policiers. L’Etat français, qui soutient depuis des décennies le pouvoir tunisien, continue en France son offensive liberticide, en particulier avec l’adoption de la loi LOPPSI 2.

Attention à la démocratie de façade

Le Rassemblement Constitutionnel Démocratique (RCD) détient toujours le pouvoir  : 161 sièges sur 214 au parlement, le président par interim Foued Mebazaa et le premier ministre Mohamed Ghannouchi sont des piliers de la dictature. Plus qu’un réel changement, les premières mesures prises dans l’urgence montrent surtout la volonté du pouvoir de calmer la rue. Il y aura des élections dans soixante jours mais selon les règles de l’actuelle constitution, taillée sur mesure pour le RCD. Les consultations pour la constitution d’un gouvernement d’union nationale ont commencé, mais c’est le RCD qui sélectionne les partis qui lui conviennent. Le but de la manoeuvre est clair : il s’agit de confisquer à la rue sa victoire en canalisant la révolte vers le terrain politicien.

Le risque est grand que le parti au pouvoir co-opte une opposition servile et instaure une démocratie de façade une fois le souffle de la révolte retombé. On ne peut pas non plus écarter l’éventualité d’un nouveau dictateur ayant, comme Ben Ali, l’aval de l’Élysée et de la Maison Blanche.

Un mouvement populaire d’auto-organisation

Les Tunisiennes et les Tunisiens sont conscients des écueils qui mettent en danger la liberté qu’ils viennent d’arracher au prix de dizaines de morts. Partout dans le pays, ils s’auto-organisent en comités d’auto-défense pour lutter contre les milices du clan Ben Ali-Trabelsi qui continuent de sévir. Ils ne sont pas dupes des manœuvres visant à maintenir le RCD au pouvoir. Bravant l’état d’urgence toujours en vigueur, le 16 janvier des manifestant-e-s sont à nouveau descendu-e-s dans la rue pour exiger un vrai changement, en criant : « Nous ne nous sommes pas révoltés pour la formation d’un gouvernement d’union avec une opposition de carton-pâte. »

La place centrale des revendications sociales

La révolution n’est pas finie, car aucun des problèmes de fond n’est réglé : pauvreté, chômage de masse, corruption, clientélisme, inégalités, etc… Au-delà de l’instauration d’un régime démocratique, la question sociale reste au centre des préoccupations des Tunisien-ne-s. Les maux que connaît le pays ne pourrons être réglés que par une politique énergique de redistribution des richesses en rupture avec la dictature des marchés. Alternative libertaire affirme son entière solidarité avec la lutte du peuple tunisien pour la liberté et la justice sociale et son soutien aux militants anticapitalistes tunisiens ; elle condamne l’attitude de l’Etat français et plus généralement de la classe politique française, de droite comme du PS, investie depuis toujours dans le soutien au pouvoir autoritaire de Ben Ali.

Dans le même temps, nous devons rester vigilante et vigilant sur la situation française. Entre un Etat de plus en plus liberticide et une extrème droite revigorée, la situation est préoccupante. 

En France, un Etat policier ?

La « loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure », dite « LOPPSI 2 », adopté en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, constitue un arsenal de mesures répressives et dérogatoires au droit commun qui renforce les dispositifs de contrôle social au service de l’Etat et justifie par la présence d’un « ennemi intérieur » une extension de la surveillance, de la punition et des régimes d’exception.

Cette loi s’inscrit dans la filiation de la « loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure », votée durant l’été 2002 en « procédure d’urgence ». Dans un contexte de surenchère sécuritaire après les attentats de septembre 2001 et les résultats du 1er tour des élections présidentielles de 2002, la « LOPSI 1 » réorganisait les institutions chargées de la sécurité intérieure et fournissait le cadre pour la « loi pour la sécurité intérieure », votée en mars 2003, qui donnait quant à elle de nouveaux pouvoirs aux forces de l’ordre et créait de nouveaux délits (squat, rassemblement dans les cages d’escalier, « racolage passif », etc.) et de nouvelles sanctions.

En projetant de renforcer cet arsenal hétéroclite avec la LOPPSI 2, le gouvernement entend asphyxier le débat démocratique et renforcer en toute opacité l’utilisation des techniques (fichage, surveillance, espionnage électronique, écoutes téléphoniques, etc.) et des sanctions (durcissement des peines, extension des peines planchers, alignement de la justice des mineurs sur la justice des majeurs, etc.) au service du pouvoir d’Etat tandis que dans le même temps les agents de renseignement voient leur impunité consolidée.

Une loi au service d’une politique antisociale

Alors que cette loi est votée en plein hiver, le pouvoir donné aux préfets d’évacuer les logements illicites sans obligation de relogement ni même d’hébergement doit particulièrement retenir notre attention mais ce n’est pourtant qu’une des nombreuses mesures d’exception qui font de cette loi liberticide un outil d’une dangerosité insoupçonnée entre les mains d’un Etat qui piétine chaque jour la justice sociale.

Alternative libertaire dénonce cette loi, demande son abandon immédiat et entend rejoindre le front associatif, syndical et politique déterminé à lutter contre les dispositions sécuritaires qu’il contient. A l’heure où la menace intérieure sert à justifier les privations de liberté, nous rappelons plus que jamais le danger qu’il y a à sacrifier un peu de liberté pour se sentir en sécurité.


--------------------------------------------------------------------------------

En France, les amis politiques de Ben Ali

Belle preuve d’unanimisme politique que le soutien aux dictatures au nom de la « real politique ». De Nicolas Sarkozy à Dominique Strauss-Kahn, en passant par Jacques Chirac, Eric Raoult, Frédéric Mitterrand ou Rachida Dati, nombreux sont les « politiques » français à avoir soutenu le régime tunisien. Sans oublier Michèle Alliot-Marie, ministre des affaires étrangères en exercice, qui a proposé une aide française « de coopération sécuritaire » pour aider le pouvoir à mater les manifestations tunisiennes : «  Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type. ». Mais rassurez vous,la France est le « pays des droits de l’Homme » , comme peuvent en témoigner récemment les Rroms ou les sans-papiers…



ALlumette N°7 couleur : http://www.alternativelibertaire.org/IM ... ouleur.pdf
ALlumette N°7 noir et blanc : http://www.alternativelibertaire.org/IM ... _blanc.pdf

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2010 4 23 /12 /décembre /2010 16:48
 
Non à l’Etat surveillance ! Non à l’Etat policier !

Le projet de « loi d’orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure », dite « LOPPSI 2 », adopté aujourd’hui en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, constitue un arsenal de mesures répressives et dérogatoires au droit commun qui renforce les dispositifs de contrôle social au service de l’Etat et justifie par la présence d’un « ennemi intérieur » une extension de la surveillance, de la punition et des régimes d’exception.

Ce projet de loi s’inscrit dans la filiation de la « loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure », votée durant l’été 2002 en « procédure d’urgence ». Dans un contexte de surenchère sécuritaire après les attentats de septembre 2001 et les résultats du 1er tour des élections présidentielles de 2002, la « LOPSI 1 » réorganisait les institutions chargées de la sécurité intérieure et fournissait le cadre pour la « loi pour la sécurité intérieure », votée en mars 2003, qui donnait quant à elle de nouveaux pouvoirs aux forces de l’ordre et créait de nouveaux délits (squat, rassemblement dans les cages d’escalier, « racolage passif », etc.) et de nouvelles sanctions (cf. « LSI : Se mobiliser contre l’arsenal sécuritaire », Alternative libertaire, n°116, mars 2003).

En projetant de renforcer cet arsenal hétéroclite avec la LOPPSI 2, le gouvernement entend asphyxier le débat démocratique et renforcer en toute opacité l’utilisation des techniques (fichage, surveillance, espionnage électronique, écoutes téléphoniques, etc.) et des sanctions (durcissement des peines, extension des peines planchers, alignement de la justice des mineurs sur la justice des majeurs, etc.) au service du pouvoir d’Etat tandis que dans le même temps les agents de renseignement voient leur impunité consolidée.

Alors que cette loi est votée en plein hiver, le pouvoir donné aux préfets d’évacuer les logements illicites sans obligation de relogement ni même d’hébergement doit particulièrement retenir notre attention mais ce n’est pourtant qu’une des nombreuses mesures d’exception qui font de ce projet de loi liberticide un outil d’une dangerosité insoupçonnée entre les mains d’un Etat qui piétine chaque jour la justice sociale.

Alternative libertaire dénonce ce projet de loi, demande son abandon immédiat et entend rejoindre le front associatif, syndical et politique déterminé à lutter contre les dispositions sécuritaires qu’il contient.

A l’heure où la menace intérieure sert à justifier les privations de liberté, nous rappelons plus que jamais le danger qu’il y a à sacrifier un peu de liberté pour se sentir en sécurité.

Alternative libertaire, le 21 décembre 2010

 

arton3882-98x124.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 02:20

Déclaration du comité de soutien :


Procès une nouvelle fois reporté ! Si l'objectif est de nous user, c'est NON !

 

 Pour la seconde fois le procès des 4 militants tourangeaux est reporté ! Ce procès éminemment politique semble gêner la Justice qui refuse un débat sur le « fond ».
 
  Rappelons l'origine de l'affaire : un communiqué de presse signé de RESF 37 et Soif d'Utopies,  faisait état de forts soupçons concernant l'utilisation par 3 Préfectures du fichier "base élèves" pour le repérage des parents sans papiers, traitant ainsi les enfants comme des appâts pour organiser l'expulsion du territoire de ces familles. Ce communiqué précisait en outre que le régime de Vichy avait aussi mis en œuvre  des pratiques de chasse à l'enfant.
  Le 30 mars 2010, le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux portait plainte "pour délit de diffamation publique contre une administration publique".  4 militants tourangeaux ont alors été déférés devant le Tribunal Correctionnel de Tours, Tribunal devant lequel ils ont comparu une première fois, le 16 septembre. Le procès avait alors été  reporté au  3 décembre 2010.  Le 3 décembre, le tribunal  a dissocié les questions de procédure du débat "au fond" et repoussé le procès "au fond" au 17 février 2011 !

  Les militants de la solidarité avec les sans papiers ont-ils le devoir d'alerter l'opinion publique quand des pratiques contraires aux Droits Humains sont utilisées par les Préfectures pour expulser les sans papiers ? Ces militants ont-ils le droit d'interroger l'Histoire quant à la similitude de ces pratiques avec la période la plus sombre de notre pays ?
  C'est parce qu'elles répondent positivement à ces questions que plus de 11 000 personnes et 116 organisations ont signé la pétition exigeant la relaxe des quatre militant-e-s.
  "Nous sommes solidaires du combat de ces militant-e-s pour le respect des droits et de la dignité de chacune et de chacun. Nous considérons qu'en s'exprimant comme elles l'ont fait, les personnes aujourd' hui poursuivies n'ont fait qu'exercer leurs droits de citoyens, en conformité avec leur conscience, et ont dit ce que, avec des millions de nos concitoyens nous ressentons lorsque les enfants des écoles  sont utilisés pour traquer leurs parents".

 Tel est le texte de la pétition, telle est toujours la position à laquelle nous souscrivons.


Si le ministre Hortefeux espère intimider la solidarité avec les sans papiers en portant plainte contre les militants, il se trompe !
 Si la Justice espère affaiblir la solidarité envers les prévenu-e-s en ajournant le procès, elle se trompe !

 Le Comité de soutien aux "4 de Tours" continuera de  défendre les principes qui l'ont animé dès sa constitution :
 Non à la criminalisation de la solidarité ! Non à la censure d'Etat ! Pour la liberté d'expression ! Pour  la liberté d'opinion !
 Relaxe des 4 prévenu-e-s !

 La prochaine réunion du Comité de soutien se tiendra le mercredi 15 décembre à 17h30 à la F.O.L. 57 Boulevard Heurteloup à Tours.

  Le Comité de soutien aux 4 de Tours  

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 22:06

Communiqué de soutien d' ALTERNATIVE LIBERTAIRE 95

 

Lors de la manifestation du 12 octobre 2010, 3 militants de la CNT ont été interpellés au moment de la dispersion place de la bastille à Paris 11e.

 

Si 2 ont été relâché rapidement, le troisième Jean Pierre (JP) Militant du groupe d'alternative libertaire Banlieue nord Ouest et de la CNT interco 95 a été inculpé, après 48 heures de garde à vue, de violences envers les forces de l'ordre.

Notre camarade passera en procès le 10 décembre 2010 devant la 29ème chambre correctionnelle à 9 h Palais de justice 4 BD du palais 75001 Paris Métro Cité. Venez nombreux -ses.

 

A ce titre, un appel financier pour les frais de défense et de procès est lancé.  Veuillez adresser vos dons à l'ordre d'A.L. au siège national d' Alternative libertaire, BP 295, 75921 Paris Cedex 19, France

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 10:36

Solidarité avec les 4 militant-es poursuivi-es par Horteufeux,

rassemblement vendredi 3 décembre, palais de justice de Tours

 

227183Tractpourle271110jpg-blog-copie-2.jpg

 

  Moments d'émission de "Demain Le Grand Soir" sur radio Béton d'hier, avec les 4 prévenu-es, filmés par TV Bruits Toulouse, outil bien utile, en déplacement solidaire à Tours : http://tours.tvbruits.org/

.

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 12:15

Le Comité de soutien aux 4 de Tours communique :

« RELAXE POUR LES 4 DE TOURS »

C'est la bannière qui s'étalera en grand samedi prochain 27 novembre à 15 heures place Jean Jaurès à Tours, derrière un mannequin géant de Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur.

Cette manifestation est destinée à rappeler aux Tourangelles et aux Tourangeaux le procès en diffamation intenté par le ministre, à l'encontre de 2 militants du Collectif Soif d'Utopies, et de 2 membres du Réseau Education Sans Frontières (RESF37), procès dont l'audience, prévue d'abord le 16 septembre, puis reportée, se déroulera le vendredi 3 décembre à 9 h 30 au tribunal de Tours.

Le Procureur de la République assigne donc les 4 prévenu-e-s pour « diffamation publique contre une administration publique, spécialement celle des préfectures d'Indre-et-Loire, de Guyane et d'Ille-et-Vilaine ». Le Collectif Soif d'Utopies et le RESF37 ont publié un communiqué intitulé Les Baleiniers, et organisé une conférence de presse, afin d'alerter l'opinion sur l'utilisation des fichiers scolaires pour le repérage des sans-papiers, et rappelaient que de telles méthodes étaient utilisées pendant l'Occupation – méthodes dignes des baleiniers d'autrefois, qui attiraient à eux les petits baleineaux pour débusquer les gros cétacés.

L'action des 4 militants de la cause des sans-papiers, dont le Comité de soutien demande la relaxe, s'inscrit dans la lutte contre la politique migratoire française, critiquée tant à l'intérieur de notre pays qu'à l'extérieur pour ses graves manquements aux droits humains : du démantèlement de Sangatte à la récente « loi Besson », en passant par la chasse aux Roms, c'est à la dégradation systématique et implacable des droits de l'homme que se livrent avec acharnement les dirigeants politiques de notre pays. Les procès contre les militants font partie d'une stratégie d'intimidation que nous refusons, pour tenter de museler les protestations.

Nous appelons les Tourangelles et les Tourangeaux :

. à nous rejoindre Place Jean Jaurès le 27 novembre à 15 heures, pour participer à l'opération « Déboutons Hortefeux ». Sur l'effigie du Ministre, à qui nous souhaitons une bonne crise d'urticaire, chacun est invité à coudre des boutons multicolores.

. à se présenter le vendredi 3 décembre dès 9 heures au Tribunal correctionnel de Tours, Place Jean Jaurès, pour soutenir les 4 de Tours et exiger leur relaxe.


Dès le début de l'audience, seront remises au Tribunal les signatures à la pétition « Relaxe pour les 4 de Tours », dont le nombre a dépassé les 6000.

Pour toute information complémentaire : http://baleiniers.org
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 19:13

Programme du forum anti-répression de Poitiers les 13 et 14 novembre, organisé par le Comité poitevin contre la répression des mouvements sociaux, http://www.antirep86.fr/

 

Et avant toutes choses,

communiqué du comité contre la répression des mouvements sociaux, et d'organisations, syndicats et associations du 86, auquel nous apportons notre soutien : 

 

Communiqué concernant le forum organisé par le collectif poitevin contre la répression des mouvements sociaux.

"Le comité contre la répression des mouvements sociaux a annoncé depuis plusieurs semaines qu'il organisait un forum au cours duquel seraient présents trois auteurs (M. Rigouste, X Rothea et L. Jacqua) concernant les thèmes suivants : la prison, les Roms, le sécuritaire. Ce forum a été annoncé devant se tenir dans la salle municipale place de France gérée pour la Ville de Poitiers par le Centre socioculturel des 3 Cités (comme d'ailleurs une précédente soirée de soutien), avec l'accord du Conseil d'Administration de cette Maison de Quartier. Or quelques jours avant la tenue de cette réunion, alors que affichettes, tracts et annonces ont été largement distribués et connus, que des associations poitevines ont confirmé leur présence, la mairie de Poitiers menace de supprimer des subventions à cette Maison de Quartier si le forum s'y tenait. Les soussignés tiennent à exprimer leur vive protestation contre ce qui pourrait s'assimiler à la fois à une tentative de censure à l'encontre du comité et de chantage vis-à-vis de la Maison de Quartier.

Nous demandons que le forum puisse se tenir comme prévu les 13 et 14 novembre dans la salle municipale place de France aux 3 Cités, et appelons à y participer nombreux le WE prochain.

 

NPA, Sud étudiants Poitiers, OCL, CNT-FAU, Les Alternatifs Poitiers, Cap à gauche 86, Self 86, PG 86, FA 86

 

 

 

224806FlyForumCAR2010recto_723x1024-.1.jpg

 

 

985966FlyForumCAR2010verso_723x1024-.2.jpg

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 20:26

Par Les Amis de l'Egalité de Blois :

Comme chaque année, les Rendez-vous de l'Histoire sont organisés à Blois les
15, 16 et 17 octobre. Il s'agit d'un festival de l'Histoire dont c'est le
treizième édition cette année avec comme thème "Faire justice". Nous serons
en dehors des débats officiels. Nous n'avons rien contre ce festival...

Pourtant, à l'heure où l'injustice sociale est devenue une banalité, à
l'heure où la chasse aux Roms, aux sans-papiers et plus globalement aux
pauvres est un sport de combat, les contrôles au faciès, les gardes à vues
(900 000 en 2009), les vexations insupportables, les contrôles judiciaires
aux dossiers vides, les carnets " de route " des gens du voyage sont
banalisés sous l'oeil des caméras de vidéo-surveillance…

NOUS MANIFESTERONS NOTRE REFUS DE TOURNER
LA TETE !

- NON AU PERMIS DE TUER
- ABOLITION DE LA PEINE DE MORT LENTE EN PRISON
- ABOLITION DES LOIS ANTI-TERRORISTES
- LIBÉRATION DES PRISONNIERS POLITIQUES

Libre à chacun de nous rejoindre avec ce qu'il a à dire et sous ses propres
couleurs.

 

 

JUSTICE

 

Le même mot peut servir à désigner des contenus différents. La justice fait partie de ces mots qui, sans plus de précision, véhiculent l'idéologie dominante.

La justice, comme l'état, n'est pas au-dessus des classes sociales en conflit. En aucun cas elle n'est aveugle, elle sait très bien voir et comprendre qui fait les lois, dans quel but, et pour le profit de qui.

Si la police est partout, on ne peut pas dire que la justice soit nulle part. Non, la justice est complice dans son rôle répressif, d'une police de plus en plus présente au sein même des lieux où cette justice dit la loi des puissants.

Il y a 30 ans, la présence d'un ou plusieurs policiers ou gendarmes armés au sein d'un tribunal était une exception. Aujourd'hui, plus une séance de tribunal concernant des actes de résistance populaire ou la vie des pauvres, ne se déroule sans la présence de 8 à 12 flics armés jusqu'aux dents.

De Paris à Poitiers en passant par Tours, Rennes, Grenoble, Pontoise, etc. c'est ce spectacle qu'offre le moindre tribunal. En théorie, les séances des tribunaux sont publiques. Dans la pratique des militaires (des gendarmes) en gardent les portes, interdisant aux familles et amis de prendre place dans des salles trop petites déjà bourrées d'uniformes. La justice de classe est ainsi sous le contrôle attentif de la soldatesque. Il faut faire peur à l'assistance, la dissuader de venir écouter les réquisitoires aux ordres du pouvoir politique.

Nous ne nous faisons aucune illusion sur l'indépendance de cette justice ; ce n'est donc pas à elle que nous nous adressons, même si elle prétend s'occuper de nous.

Comme tout ce qui touche la vie en société, nous ne pouvons abandonner ce combat, même si le terrain est pourri.

La peine de mort a été officiellement abolie... pour être remplacée par la peine de mort lente et un enfermement inhumain.

Le droit de tuer est passé du bourreau à une police qui bave. Le nombre de morts dans les commissariats et lors des opérations extérieures est en régulière progression.

Le nombre de morts suspectes ne cesse de s'accroitre dans les prisons de la République. Plus de 84 cas en 2010, chiffre officiel au début septembre. Cela va du suicide du détenu libérable sous 15 jours au détenu dont le corps ne peut être restitué à la famille...

Plus de 900 000 gardes-à-vue en 2009.

Des milliers de gens, détenus sans jugement parce que l'instruction n'est pas close.

Des milliers de personnes placées sous contrôle judiciaire, dont les dossiers sont vides comme pour les 9 de Tarnac.

Des contrôles de police au faciès, la chasse au non blanc est ouverte.

Des milliers d'êtres humains internés dans des centres de rétention, en attente de reconduite aux frontières de l'Europe. Auxquels s'ajoutent les charters de citoyens européens jugés indésirables en France.

Cette liste n'est pas limitative, elle est écœurante.

Purger une peine n'est pas suffisant, le pouvoir veut obtenir le repenti de ceux qu'il embastille.

Après 23 ans de détention, Jean-Marc Rouillan est toujours enfermé.

C'est d'une justice de classe que nous parlons, car les assassins de l'OAS n'ont fait qu'un bref séjour en prison ; et les flics responsables de la mort de nombreux jeunes ne sont jamais jugés pour leurs crimes.

 

Dans cette guerre de classe, il n'y a plus besoin de la vieille peine de mort qui suivait un jugement...

Le temps est à la force brutale, à l'usage d'armes mutilantes comme les flash-ball, à l'impunité totale pour la soldatesque en uniforme ou en civil.

C'est contre tout cela ; pour rendre publique et visible cette situation, que nous appelons à manifester le SAMEDI 16 OCTOBRE à BLOIS, en début d'après midi, lors de la rencontre officielle appelée les Rendez-vous de l'Histoire, présidée cette année par M. Badinter

Chacun y a sa place.

Nous donnerons la parole à tous ceux qui souhaitent se faire entendre.

Nous serons en dehors des débats officiels, mais ceux qui le désirent pourront être dedans, ce n'est pas à nous d'en décider.

 

Un début de programme est proposé :

 

Le vendredi 15 octobre à partir de 18h, débat salle Jean Cros 2 (131 rue de Château Renault, Blois) sur le procès Colonna animé par Roland Laurette, auteur de plusieurs ouvrages sur cette affaire.

 

Le samedi 16 octobre à 14h30 sur le parvis de la Halle aux Grains, (Place Jean Jaurès, Blois) : Manifestation avec la participation du groupe : « La Rabia »

 

Le samedi soir à 18h, salle des Sarrazines (25 rue Michel Détroyat, Blois) projection du film : « Résister n'est pas un crime » ; film réalisé par le CLEA, M.-F. Collard, F. Bellali et J. Laffont.

 

Dimanche, jour de la pâtisserie et du discours de « Maître » Badinter; déambulation sur le parvis de la Halle aux Grains.

 

Pour les questions pratiques d'hébergement et de programme, prendre contact avec l'association signataire de ce texte.

 

 

LIBERTE POUR LES PRISONNIERS

 

 

collectifrvh@yahoo.fr et lesamisdelegalite@free.fr

 

La SNCF propose dans le cadre des « Rendez-Vous de l'Histoire » des places en TER aller-retour, à 4€ pour le samedi et le dimanche. Nous serions idiots de ne pas en profiter. Réclamer ce tarif de PARIS ou de TOURS où de tout endroit accessible par TER vers BLOIS. C’est pas la SNCF qui va faire de la pub pour ce prix là....

 

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 12:25


Procès reporté au vendredi 03 décembre 2010 à 09h30
Toute cette semaine des citoyen-ne-s se sont mobilisés en nombre lors des initiatives (1) mises en place par le comité de soutien (2) :
. une centaine au rassemblement du 13 septembre
. 120 personnes lors du débat du 14,
. 250 lors de la soirée Infos/concert le 15 et,
. une centaine dans le palais de justice (et autant à l'extérieur) le 16.

Nous nous félicitons de cette mobilisation et nous remercions toutes celles et ceux qui sont présents physiquement pour nous soutenir ainsi que les plus de 3900 signataires de la pétition, réclamant notre relaxe pure et simple tout en :
. refusant la censure d'Etat que veut imposer ce gouvernement,
. refusant que le nécessaire travail de mémoire soit empêché
. refusant la mise en place d'outils qui, tels le fichier des écoles « Base-élèves », peuvent servir au repérage des familles sans-papiers.

Lors de l'audience du 16 septembre 2010, la Présidente du tribunal correctionnel de Tours a pris la décision de reporter au 3 décembre 2010 à 09h30 le procès engagé contre nous par ministre Hortefeux, dont il faut rappeler la condamnation récente pour propos « racistes ». La Cour d'appel confirmera ou non ce jugement le 15 décembre. Par ailleurs, ce même ministre a « réussi » à ce que l'État français risque d'être condamné pour discrimination par la Commission européenne.
Ce gouvernement, dont les déclarations aujourd'hui expriment ce qu'il convient d'appeler un « racisme d'État », par ce procès et bien d'autres comme les 6 de Pau, Hamé de la Rumeur, le journal « Le Berry Ripou »(3) tente d'intimider les militant-e-s tout en criminalisant les luttes sociales. C'est inacceptable !

La lutte continue jusqu'à la Relaxe !
Tours le 18 septembre 2010

Les 4 prévenu-e-s de Tours : Abd-El-Kader Aït Mohamed, Chantal Beauchamp, Jean-Christophe Berrier, Muriel El Kolli

(1) De nombreuses images, tournées par TV Bruits sont disponibles sur le site : http://tours.tvbruits.org/

(2) La prochaine réunion du comité de soutien se tiendra le lundi 20 septembre à 18h00 dans les locaux de la FOL, 57 boulevard Heurteloup à Tours.

(3) Nous nous félicitons de la victoire en justice, comme ce fut le cas pour Hamé cet été et vous invitons à lire : Le Berry Ripou l'emporte par forfait sur le pouvoir sarkozyste sur leur site : http://www.berry-inde.org

 

Plus d'informations sur : http://baleiniers.org

Nous contacter : contact@baleiniers.org

.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 22:49

La mobilisation sur les quatre jours a été à la hauteur, jusqu'au rassemblement de ce jour en pleine journée à 13h. Le procès est reporté au vendredi 3 décembre à 9h30.

Le comité de soutien ne va pas rester attentiste et a bien l'intention de continuer à faire parler de cette affaire...

Prochaine réunion du comité de soutien le lundi 20 septembre à 18h00 à la F.O.L., 57 bd Heurteloup, Tours.

Pour continuer à se tenir au courant : http://baleiniers.org/ 

 aricle-NR-16--2010-septembre-baleiniers.jpgun petit correctif : les militant-es d'RESF d'Ile-et-Vilaine ainsi que de Guyane ne sont pas poursuivis, mais ont fourni des documents à la défense. 

 

manif de lundi :  

.
.
rassemblement de jeudi pour le procès :
.
..
Partager cet article
Repost0