Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Union Communiste Libertaire 37
  • : Nous sommes des militants et militantes anarchistes révolutionnaires et communistes libertaires vivant et travaillant sur Tours et son département.
  • Contact

Où acheter notre journal ?

Mensuel Alternative Libertaire

Dans la ville de Tours, vous le trouverez aux adresses suivantes :

- 3 rue Nationale

- 1 place du Grand Marché

- 5 rue de Bordeaux

- 18 rue B. Palissy

- 30-32 rue Giraudeau

- 115 bis rue Giraudeau

- 21 avenue de Grammont

- 59 quai Paul Bert

- Gare SNCF

- 110 rue de la Fuye

- Le Numéro 6 (avenue Stendhal).

Pour le reste du département : http://www.trouverlapresse.com

Recherche

16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 21:00

Tract d'Alternative Libertaire

 

Pas de pause pour les luttes

face au gouvernement des riches

La question à la mode aujourd’hui c’est la fameuse « pause fiscale ». Les riches en auraient marre de payer trop d’impôts ? Vaste mensonge quand on sait que ces derniers continuent à s’engraisser sur le dos des travailleur-ses, des retraité-e-s, des chômeur-ses.

 

Pause ou pas pause ?
 

tout augmente ma bonne dame ! Si l’on en croit les médias et les politicards, le bon peuple serait saturé d’impôts, les entreprises vont toutes mettre la clef sous la porte et bientôt à cause des prélèvements fiscaux nous serons tous et toutes obligé-e-s de renoncer à nos vacances (pour peu que l’on en prenne).

Cette question semble passionner les médias et les politiciens. et, pendant ce temps là, le chômage continue d’augmenter, les salaires de stagner, voire de diminuer, les boites continuent de fermer et la précarité de se généraliser.

Une « pause » pour qui ?
 

Oui « ça augmente » Mais qu’est ce qui augmente ? et pour qui ça augmente ? elles sont là les vraies questions ! Avec la hausse de la TVA, l’augmentation de la durée de cotisation pour les retraites, les hausses du coût de la vie (électricité, loyers) c’est un fait : ce sont celles et ceux qui galèrent au quotidien pour boucler les fins de mois qui raquent de plus en plus. Et tout ça pour soi disant « sauver » les finances publiques, au nom du sacro-saint « équilibre financier » voulu par les technocrates de Bruxelles.

Et pourtant…. Les grands patrons, ceux et celles qui possèdent le plus, qui bénéficient depuis des années de niches fiscales, d’exonérations fiscales en tous genres sont ceux qui, par rapport à leur capital, paient le moins d’impôts.

Et ce n’est pas près de s’inverser avec un gouvernement qui défend les riches et les rentiers !

Ainsi, la Cour des comptes (présidée par un « socialiste ») rend des rapports à tour de bras pointant le coût des chômeurs et des chômeuses, des prestations sociales, des remboursements de lunettes… Une vraie attaque en règle contre ces classes « laborieuses et dangereuses  » qui ne feraient rien, qui ne rapporteraient rien à l’Etat, mais qui lui coûteraient tellement...

C’est oublier que les richesses dont se gavent une minorité (les politiciens et les grands patrons) sont le produit du travail des millions de salariés (précaires ou non) de ce pays.

C’est tellement plus facile de pointer du doigt les pauvres que les riches et d’oublier que l’évasion fiscale de ces derniers, c’est 60 à 80 milliards d’euros par an, que les exonérations de charges patronales en 2010 représentaient environ 30 milliards d’euros, que le bouclier fiscal a déjà coûté près de 4 milliards d’euros.

Pour les riches, la « pause fiscale » est une réalité depuis un moment !

Pas de pause sociale !
 

Malgré les belles annonces du gouvernement, le chômage ne régresse pas (en fait ce sont les radiations de chômeurs-ses qui explosent) et les salaires sont toujours aussi minables. il n’y a rien à espérer d’un gouvernement et d’un système qui préfèrent renflouer les caisses des entreprises et faire payer toujours plus ceux et celles qui triment  !

Payer leur crise, on s’en moque, nous n’avons rien à y gagner. Les solutions il y en a, à commencer par faire, enfin, raquer les patrons. Que ceux-ci rendent l’argent qu’ils volent au quotidien aux travailleuses et travailleurs.

Cela ne se décidera pas au gouvernement, au Parlement ou avec des pétitions. C’est collectivement, dans les entreprises, les quartiers, dans les syndicats, les collectifs, les associations, avec nos collègues, nos voisins et voisines, tous et toutes ensembles que nous ferons bouger les choses.

Ce dont ils ont peur c’est de notre unité, de notre capacité collective à faire changer les choses, à leur montrer qu’il n’y a pas de pause pour les luttes sociales.

Que les politicards et les spécialistes autoproclamé-e-s se méfient car leur système ne tiendra pas si nous nous organisons pour lutter !

 

Alternative Libertaire

 

Tract à télécharger : .http://www.alternativelibertaire.org/IMG/pdf/2013-10-02_Pause_fiscale.pdf

 

Image

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 23:04

Michelin en lutte, grève et manifestation ce 8 octobre à Joué-lès-Tours

 

Image

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 11:29

Tract d'Alternative Libertaire

 

Retraites : Mobiliser contre la fatalité

 

2003, 2010, 2013 : les réformes se suivent et se ressemblent, qu’elles viennent de la droite ou du PS. C’est toujours la même logique d’austérité : les travailleurs payent davantage alors que les patrons sont épargnés. Inversons la tendance et brisons les logiques du capitalisme pour construire un communisme solidaire !

 

La « réforme » proposée par le gouvernement PS-EELV valide et aggrave les mesures précédentes imposées par Sarkozy. La principale mesure prolonge la durée de cotisation initiée par les réformes de 2003 et 2010 : les salarié-e-s nés après 1973 devraient maintenant cotiser 43 ans au lieu de 41,5 pour avoir une retraite à taux plein. Une rallonge de 6 ans de cotisations en 10 ans de « réformes » ! Sachant qu’on commence à cotiser à 26 ans en moyenne et qu’on cumule du coup 36 annuités pour les femmes en moyenne, 39 pour les hommes, cette réforme entrainerait logiquement une baisse des pensions.

L’argument phare du gouvernement PS-Verts, l’augmentation de l’espérance de vie, ne tient pas debout puisque l’espérance de vie en bonne santé, elle, est en constante diminution (62,4 ans pour les hommes, 64,2 pour les femmes). De même, les aménagements célébrés par la CFDT sur la pénibilité ou les carrières des femmes restent des promesses floues et sont bien loin de compenser les reculs encaissés en 2003 et 2010. Enfin la hausse des cotisations et le décalage à l’automne de la revalorisation des pensions pèseraient sur le niveau de vie de tous et toutes.

L’objectif est bien, de nouveau, de baisser nos salaires directs et indirects. C’est ce que le patronat, les politiciens et les médias appellent faire baisser le « coût du travail », à la fois par l’augmentation des cotisations sur les salaires, la baisse des pensions et les impôts (fin de l’avantage fiscal pour les parents de trois enfants).

Le capital doit payer !

Le patronat sort grand gagnant de cette réforme puisqu’il n’a même pas à mettre la main à la poche : la hausse des cotisations patronales sera intégralement compensée par une baisse des cotisations famille. Or c’est bien parce que les cotisations des capitalistes sont en constante diminution qu’il y a un trou dans le financement des retraites de 22 milliards d’euros. Et pourtant d’autres solutions il y en aurait :
- supprimer les exonérations patronales rapporterait 10 milliards ;
- imposer l’égalité salariale homme-femme rapporterait 10 milliards ;
- embaucher 5 millions de chômeurs et chômeuses rapporterait 25 milliards.

Avec tout ça il y aurait largement de quoi financer une retraites à 55 ans à taux plein pour toutes et tous !

Des pistes pour gagner

La journée de mobilisation du 10 septembre appelée par la CGT, Solidaires, FO et la FSU est un premier pas. Il faudra rapidement que soit lancé un nouvel appel à la grève et à la mobilisation. Le bilan de 2010 c’est que des journées isolées, même réussies, ne suffisent pas à faire plier le gouvernement. C’est un mouvement durable qu’il faut construire.

Le combat des retraites est une partie du combat contre l’austérité et contre la capitalisme. Chaque augmentation de salaire, chaque nouvelle embauche vient renflouer les caisses de retraites. Faire le lien entre les différentes luttes a donc du sens et est nécessaire pour ancrer la mobilisation dans les préoccupations immédiates des salarié-e-s. Et les chômeurs aussi doivent s’inviter dès maintenant dans la rue puisque après les retraites c’est l’indemnisation du chômage qui sera renégociée.

Ensuite il faut que chacun clarifie sa position vis à vis du gouvernement PS-Verts. Celui-ci n’est pas un simple arbitre entre les salarié-e-s et le patronat, mais il est à la botte de celui-ci. Ménager le PS, c’est s’en rendre complice, semer la désillusion chez les salarié-e-s et préparer le terrain au Front national.

Enfin, il faut mener la lutte idéologique pour convaincre que le système capitaliste n’est pas une fatalité et qu’une autre société est possible. Nos cotisations retraites et leur gestion sont un formidable magot qui échappe encore aux banques et aux assurances privées. C’est cette idée, les ressources de tous au profit de chacun qu’il faut préserver et étendre. Et si on généralisait un système autogéré par les travailleurs et les travailleurs, qui offrirait à toutes et à tous des études, une formation, la santé, le logement ou encore les transports ? Nous n’avons pas besoin des banques privées, ni de leurs crédits, ni de leurs profits ni de leurs faillites !

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2013 4 29 /08 /août /2013 15:10

Communiqué d'Alternative Libertaire

 

Retraites : c’est reparti pour un tour !

Le projet du gouvernement pour une nouvelle réforme des retraites a été annoncé le 27 août au soir. Issu des préconisations du rapport Moreau, il se situe dans la continuité des réformes libérales précédentes (2003, 2010) : le projet est toujours d’augmenter la durée de cotisation progressivement (jusqu’à 43 ans) et de faire payer les travailleuses et les travailleurs encore davantage. La conséquence, dans un contexte de chômage massif et de précarité croissante, ce sera une baisse de fait des pensions.

Le gouvernement espère faire passer en douceur cette réforme. Il a donc promis quelques « contreparties » : prise en compte de la pénibilité au travail, augmentation très limitée des pensions les plus faibles et augmentation de la durée de cotisation « seulement » à partir de 2020... Ces contreparties ont déjà convaincu la CFDT (qui n’est, il est vrai, pas très difficile à convaincre...) mais elles ne sont rien à côté de la destruction du système de retraite qui continue.

D’un autre côté le gouvernement promet de nouveaux cadeaux fiscaux aux patrons, ce qui n’empêche pas ces derniers, par la voix du Medef, de se plaindre que la réforme ne va pas assez loin et que le « coût du travail » étouffe la création de richesses par les « entrepreneurs ». Pourtant, le problème, ce n’est pas le coût du travail, mais le coût du capital, qui ponctionne une part toujours plus grande des richesses produites sur le dos de ceux et celles qui triment.

Le 10 septembre a lieu une première journée de mobilisation à l’appel de quatre syndicats (Solidaires, FSU, FO et CGT). De la réussite de cette journée dépendra les suites d’un éventuel mouvement. C’est à nous toutes et tous, travailleuses, travailleurs, étudiants, chômeurs, précaires, avec nos syndicats et nos organisations de lutte, de nous mobiliser pour ne pas rater ce rendez-vous. Alternative libertaire sera là !

Alternative Libertaire, le 28 août 2013

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 03:17

Appel

 

La Santé, l’Action sociale, la Protection sociale malades des plans d’austérité ! Il est urgent d’agir !

Chaque jour, de plus en plus de gens renoncent aux soins, les droits sociaux sont bafoués, les prises en charge du handicap et de la perte d’autonomie deviennent inaccessibles.

Parce que nous refusons : - Les suppressions d’emplois, la dégradation des conditions de travail qui mettent sous pression les professionnels et aggravent les délais d’attentes et les conditions d’accueil et de soin - L’étranglement financier des structures - Les restructurations, les fermetures d’établissement et de services hospitaliers, sociaux et médicosociaux - Les déserts médicaux - La marchandisation de la santé et du social - Les dépassements d’honoraires, les franchises, les déremboursements et les forfaits - Les prédateurs financiers qui spéculent sur la santé et le vieillissement de la population au détriment des usagers et des conditions de travail des salariés.

Nous exigeons : - Un grand service public de la santé et de l’action sociale. - Le retour à une protection sociale, ouverte à toute la population, basée sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins » - Une réponse à tous les besoins sociaux pour mettre fin à toutes les formes d’exclusion - L’accès à des soins de qualité pour toutes et tous partout de façon permanente - L’arrêt immédiat des restructurations et fermetures pour en finir avec la loi HPST-Bachelot - La défense et l’amélioration des statuts et des conventions collectives - Des emplois plus nombreux et qualifiés répondant aux besoins

Nous appelons à participer massivement à la manifestation nationale unitaire à Paris le samedi 15 juin, Toutes et tous ensemble Pour un financement de la protection sociale et de la sécurité sociale à la hauteur des besoins, pour un grand service public de santé et d’action social.

 

 

Affichette unitaire

 

http://img15.hostingpics.net/pics/4140552hshg.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 16:41

Un cadre de mobilisation unitaire et collectif se relance à Tours. Il manque encore du monde...

Mise en jambes en rassemblement/pique-nique ce jour devant la mairie. Pas énorme de monde, une petite caisse de soutien qui permet aux familles à la rue de trouver encore provisoirement chambre d'hotel, mais çà se re-construit...

 

http://img15.hostingpics.net/pics/783936gogi.png

 

Image

Image

Image

 http://img4.hostingpics.net/pics/879525cid2d6cedef12124a2298eabc04b8a3faca9c8884d1zimbraa.jpg

 

.

 

 

Partager cet article
Repost0
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 12:10

Tract d'Alternative Libertaire

 

http://img15.hostingpics.net/pics/989701AL9av.png

 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 16:08

« Chômage, Précarité: tous concernés ! »,
Appel à mobilisation le 1er décembre à Paris et Bordeaux, le 15 à Nimes.    

Infos sur le Forum Anarchiste Révolutionnaire : http://forum.anarchiste-revolutionnaire.org/viewtopic.php?f=72&t=6719    

 

Tract d'Alternative Libertaire :    

http://www.alternativelibertaire.org/IMG/cache-136x190/arton5088-136x190.jpg

 

Pour en finir avec le chomage et la précarité…

Réduisons le temps de travail !  

Chômage, licenciements, remise en cause du droit du travail, austérité… le patronat poursuit son offensive contre les travailleur-se-s, les jeunes et les chômeur-se-s avec l’aval du gouvernement. Pour inverser la vapeur, il faut s’appuyer sur toutes les luttes en cours pour construire un mouvement d’ensemble contre l’austérité.

Le gouvernement a choisi son camp…On ne peut que se réjouir de la guerre des gangs actuelle à l’UMP, qui pourrait conduire celle-ci à la scission. Mais derrière cet arbre qui cache la forêt, la droite, l’extrême-droite et le patronat restent très mobilisés. Après le mouvement de petits patrons dit des« pigeons » et celui des médecins spécialistes, devant lesquels le gouvernement s’est lamentablement écrasé, laissant leurs privilèges intacts, ce sont maintenant les catholiques intégristes qui se mobilisent contre l’ouverture du mariage aux homosexuel-les, conduisant Hollande à envisager de laisser les maires décider s’ils célèbreraient ou non ces mariages.

Il y a bel et bien là deux poids deux mesures : quand les ouvrier-e-s de PSA se mobilisent, Montebourg leur répond qu’il n’y a rien à faire contre la fermeture du site d’Aulnay. Quand les opposant-e-s à l’aéroport de notre-Dame des Landes luttent avec acharnement contre ce projet mégalo d’un autre age, on envoie les CRS détruire leurs maisons et saccager leurs champs au nom du respect de la loi, c’est-à-dire des profits de Vinci, la multinationale du béton.Pas de doute, le gouvernement a choisi son camp, et pour sortir de la logique austéritaire, il nous faudra compter sur nos propres forces… ce qui n’est pas rien !

À nous de construire la riposte !

Le 1er décembre, les organisations de chômeur-se-s et précaires appellent à descendre dans la rue. Prime de Noël, lutte contre les nouvelles règles d’indemnisation, contre les stages bidons, les CDD à répétition… il y a toujours plus de raisons de se mobiliser. La politique de destruction sociale menée par les capitalistes, qu’ils justifient par la crise, a fait monter le nombre d’inscrit-e-s à Pôle emploi à 4 870 800 en novembre, du jamais vu depuis le début de ces statistiques ! et la seule réponse du gouvernement ? Les« emplois d’Avenir » dont on connait le passé puisque les gouvernements socialistes ont inventé les tUC puis les CeS, autant de stages qui laissent les jeunes le plus souvent sans formation ni perspective au delà de trois ans, emplois payés au rabais et qui détruisent les protections des salarié-e-s de la Fonction Publique !

Le 1er décembre, les organisations de chômeurs-précaires nationales retrouvent dans la rue des collectifs locaux, syndicats de salarié-e-s et organisations de gauche et d’extrême gauche. C’est donc l’occasion de se retrouver, de discuter et d’organiser de nouvelles initiatives pour construire un mouvement de chômeur-se-s et précaires sur la durée, en lien avec les syndicats. Pour construire un tel mouvement, il faut débattre de revendications unifiantes, qui réunissent à la fois les chômeur-ses et les salarié-e-s et qui laissent entrevoir un projet de société alternatif au capitalisme.

Comment ?

L’UMP et le MeDeF ont bien compris où sont leurs intérêts et martèlent qu’il faut en finir avec les 35 heures.Nous leur opposons une nouvelle baisse du temps de travail à 32 heures, et bien entendu avec embauches correspondantes et sans baisses de salaire : on n’est pas là pour partager la misère. Ça coûtera cher aux capitalistes ? C’est le but : ça s’appelle la redistribution des richesses. Le droit de véto des travailleur-se-s sur les licenciements doit également être mis en débat. C’est aux travailleur-se-s de décider de l’avenir de leur entreprise, pas aux patrons et aux actionnaires, obsédés par les profits au point de détruire l’outil de travail et les savoir-faire. et quand ils veulent fermer une entreprise, à nous de montrer que la solidarité des travailleur-se-s peut la rendre viable en la réquisitionnant et en la faisant tourner nous-mêmes, comme ont essayé ou essaient de le faire les salarié-e-s de SeaFrance, Fralib ou Lejaby, faisant face à une résistance acharnée du patronat, sans aucun soutien des « socialistes ». La réquisition complète des entreprises et leur gestion directe et démocratique par les travailleur-se-s, en lien avec la population et dans le respect de l’environnement, c’est ça le socialisme, à l’opposé du libéralisme vaguement teinté de « démocratie sociale » actuellement à l’oeuvre au gouvernement.

Alternative Libertaire

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 03:24

Tract d'Alternative Libertaire concernant la mobilisation de ce 14 novembre :

 

http://img15.hostingpics.net/pics/654428AL14nov3.png

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 14:48

Tract d'Alternative Libertaire

 

Le changement ? c’est nous qui le ferons !

Les travailleurs et travailleuses subissent des plans de licenciements en cascade, et pour certains la fermeture de leurs boîtes. Chômage pour les uns, stress et exploitation accrue pour celles et ceux qui restent.

Pourquoi ?

Les actionnaires réclament toujours plus de dividendes pour augmenter leurs profits. tous les moyens sont bons : chantage à l’emploi en échange de baisse de salaire, flexibilité et augmentation du temps de travail en échange du maintien de l’emploi. A cela s’ajoutent les secteurs qui sont en surproduction (l’automobile par exemple), conséquence d’une politique patronale délibérée de sous-traitance et de délocalisation à l’étranger qui conduit à plomber les sites en France, comme celui de PSA-Aulnay. et les ouvrier-e-s ne sont plus les seuls à subir le diktat des capitalistes de la finance : Sanofi, entreprise pharmaceutique qui fait des contrats avec la recherche publique (iNSeRM, facs de médecine) tout en privilégiant les marchés les plus rentables, entend mettre à la porte 2800 de ses salarié-e-s, principalement des chercheurs et cadres des laboratoires basés sur toulouse… pour les délocaliser en inde.

Quelles réponses ?

Face à cette situation qui ne cesse d’empirer depuis le milieu des années 1970, certains entonnent le couplet du repli national, du “produisons français”, alors que le véritable problème est l’absence de pouvoir des travailleurs et travailleuses dans les entreprises, quels que soient les secteurs d’activité. Les aberrantes politiques de surproduction, de fuite en avant seraient évitées si l’on changeait les donneurs d’ordre

Hier, les entreprises étaient entre les mains de capitalistes industriels qui exploitaient leurs ouvriers. Un capitalisme à « visage humain »… Aujourd’hui, elles sont entre les mains de capitalistes financiers qui délèguent le sale boulot à des directions d’entreprises qui appliquent cyniquement ce que leur demandent les actionnaires. S’il est déterminant de se battre sans concessions pour le maintien intégral des emplois (ce n’est pas à nous de payer pour augmenter leurs profits !), il importe de faire grandir dans nos luttes, parmi la population la nécessité que les travailleurs et travailleuses prennent en main l’économie, qu’ils et elles ôtent les pouvoirs dictatoriaux des actionnaires et patrons en socialisant les moyens de production, d’échange et de services. C’est ce que nous défendons : pour sortir de la crise du capitalisme, propriété collective des travailleurs sur l’économie ! Autogestion sociale et économique ! Dehors les parasites patronaux et actionnaires !

Face à la surproduction, réduisons le temps de travail entre les sites, avec maintien de tous les salaires. Proposons des contre-projets industriels basés sur la satisfaction des besoins de la population et les ressources naturelles locales dans une logique de développement écologique de long terme.

Comment ?

Les salariés en lutte ne doivent pas baisser les bras et se laisser intimider. Rien n’est joué. Les victoires contre les licenciements des fondeurs de la SBFM en Bretagne ou des ouvriers de Goodyear à Amiens nous rappellent que la lutte paye quand elle est menée résolument et jusqu’au bout.

La légitimité est de notre côté : c’est nous qui faisons tourner les boîtes, c’est à nous de décider.

En ce sens, des droits nouveaux sont à revendiquer en même temps que la défense inconditionnelle de tous les emplois : droit de veto des travailleurs sur les licenciements collectifs, blocage des dividendes des actionnaires, réquisition des entreprises qui ferment.

C’est à nous d’imposer un changement dans ce sens. A peine arrivé au pouvoir, Hollande et sa troupe reviennent sur leurs quelques engagements en nous promettant deux ans d’austérité et en imposant la ratification du Pacte budgétaire européen (tSCG). tout ça pour payer les créanciers privés qui se sont déjà gavés sur notre dos par des prêts à des taux d’intérêt élevés aux etats. La situation ne peut donc qu’empirer si on ne réagit pas.

Le capitalisme et tous ceux qui soutiennent ce système vont tout faire pour nous faire payer leur échec. Par nos luttes, déjouons leur pronostic. Unifions et radicalisons nos moyens d’actions, mettons en avant le seul débat qui vaille : à qui doit revenir le pouvoir dans les entreprises et dans la société ?

Alternative Libertaire

 

Format PDF : http://www.alternativelibertaire.org/IMG/pdf/2012-25-09_Le_changement_c_est_nous_qui_le_ferons.pdf

 

http://boutique.alternativelibertaire.org/fonctions/redimlive.php?nomorig=../client/gfx/photos/produit/affiche Anarkismo dette - francais 2_431.jpg&width=159&height=&opacite=&nb=& miroir=

Partager cet article
Repost0